La supervision par la BCE rétablira la confiance, dit Draghi

lundi 17 décembre 2012 17h33
 

BRUXELLES (Reuters) - L'accord européen sur la supervision bancaire unique dévolue à la Banque centrale européenne contribuera à rétablir la confiance dans le secteur et à ranimer le marché interbancaire, a estimé lundi le président de la BCE Mario Draghi.

L'accord intervenu la semaine dernière au sommet européen de Bruxelles confie la supervision des banques européennes à la BCE à compter de 2014 et constitue une première étape vers une union bancaire, présentée comme cruciale pour surmonter la crise de la zone euro.

La BCE n'assurera la supervision directe que d'environ 200 établissements de grande taille sur les quelque 6.000 banques européennes, mais elle pourra intervenir directement dans des établissements plus petits en cas de difficulté.

"Le mécanisme de supervision unique contribuera à rétablir la confiance dans le secteur bancaire au sein de la zone euro. Il aidera à ranimer les prêts interbancaires et les flux de crédit transnationaux, avec des effets tangibles sur l'économie réelle", a déclaré Mario Draghi lors d'une audition au Parlement européen.

"Combiné avec la possibilité de recapitalisation directe des banques par le Mécanisme européen de stabilité, (...) le mécanisme de supervision unique permettra de rompre le cercle vicieux entre dettes souveraines et banques", a-t-il ajouté.

En réponse à certaines craintes exprimées sur le risque de conflit d'intérêt entre le rôle de superviseur bancaire de la BCE et ses responsabilités en matière de politique monétaire, le gouverneur de la banque centrale belge, Luc Coene, a estimé que le premier n'affecterait en rien les secondes.

Le conseil des gouverneurs de la BCE devra rendre des comptes à la fois sur la supervision bancaire et sur la politique monétaire, a justifié Luc Coene.

Une fois la supervision bancaire unique mise en place sous l'égide de la BCE, le Mécanisme européen de stabilité sera en principe autorisé à recapitaliser directement les banques.

Jusqu'à présent, les gouvernements de la zone euro ont dû renflouer eux-mêmes leurs établissements bancaires en difficulté, accroissant leur endettement et alimentant un cercle vicieux où la consolidation des bilans bancaires affaiblissait le leur.   Suite...

 
<p>Le pr&eacute;sident de la Banque centrale europ&eacute;enne (BCE), Mario Draghi, a salu&eacute; lundi l'accord sur l'union bancaire qui, selon lui, contribuera &agrave; restaurer la confiance dans le secteur bancaire de la zone euro. /Photo prise le 17 d&eacute;cembre 2012/REUTERS/Laurent Dubrule</p>