December 17, 2012 / 2:28 PM / 5 years ago

Des parfums moins immuables que les marques

3 MINUTES DE LECTURE

<p>Un projet de r&eacute;glementation europ&eacute;enne attendu pour le d&eacute;but de l'ann&eacute;e prochaine expose la parfumerie haut de gamme &agrave; admettre un secret encore mieux gard&eacute; que les formules de ses fragrances, &agrave; savoir que la composition de parfums mondialement connus a &eacute;t&eacute; modifi&eacute;e au fil des ans. /Photo prise le 14 novembre 2012/Eric Gaillard</p>

par Astrid Wendlandt

PARIS (Reuters) - Un projet de réglementation européenne attendu pour le début de l'année prochaine expose la parfumerie haut de gamme à admettre un secret encore mieux gardé que les formules de ses fragrances, à savoir que la composition de parfums mondialement connus a été modifiée au fil des ans.

S'appuyant sur les recommandations publiées en juillet par le Comité scientifique pour la sécurité des consommateurs (SCCS), la Commission européenne envisage de restreindre le recours à des ingrédients naturels potentiellement allergènes, largement utilisés par les parfumeurs de luxe.

Ce changement réglementaire risque d'accélérer les modifications dans la composition de parfums renommés, dont les formules ont déjà dû être adaptées pour tenir compte des restrictions imposées par l'International Fragrance Association (IFRA), l'organisation professionnelle du secteur, la raréfaction de certains ingrédients ou des impératifs de réduction des coûts.

"C'est un tabou dans l'industrie. Les gens craignent de dire quoi que ce soit à ce propos", reconnaît Fflur Roberts, responsable du secteur du luxe chez le spécialiste des études de marché Euromonitor.

Ainsi le recours à la mousse de chêne, l'un des ingrédients les plus communément utilisés en raison de sa richesse aromatique et de sa capacité à "fixer" un parfum pour qu'il se diffuse plus longtemps, a été limité en raison des craintes quant aux irritations cutanées qu'elle peut entraîner.

Des parfums comme Shalimar ou Chanel n°5, Eau Sauvage ou Poison de Dior, Opium d'Yves Saint Laurent ou encore Anaïs Anaïs de Cacharel n'exhalent plus parfois que le souvenir de leur fragrance d'origine, estiment des spécialistes du secteur.

Marc Joanny pour la version française, édité par Jean-Michel Bélot

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below