Pékin dit n'avoir pas besoin d'une politique monétaire agressive

lundi 17 décembre 2012 12h55
 

SANYA (Reuters) - La Chine n'est pas confrontée à un risque inflationniste et n'aura pas besoin de mener une politique monétaire agressive l'année prochaine, a déclaré lundi le directeur de recherche de la banque centrale chinoise.

"J'ai le sentiment qu'il n'y a pas de raison que la banque centrale adopte des mesures d'expansion monétaire agressives", a dit à Reuters Jin Zhongxia, directeur de l'Institut de recherche en financière de la Banque populaire de Chine, en marge d'un forum à Sanya, sur l'île de Hainan.

Dimanche, les dirigeants chinois ont assuré qu'ils assureraient la stabilité de la politique économique en 2013 tout en conservant des marges de manoeuvre pour s'adapter aux risques mondiaux et en approfondissant les réformes entreprises pour assurer sa croissance à long terme.

La banque centrale a baissé ses taux d'intérêt en juin et juillet et à revu à la baisse le ratio de réserves obligatoires des banques (RRR) trois fois depuis fin 2011 afin de débloquer environ 12.000 milliards de yuans (1.461 milliard d'euro environ) de prêts.

Depuis, la banque centrale a opté pour une injection de liquidités à court terme sur les marchés monétaires afin de limiter la contraction du crédit, un changement de méthode qui reflète, selon les analystes, les préoccupations de Pékin d'une forte hausse des prix de l'immobilier et de l'inflation.

La croissance de l'économie chinoise est revenue à 7,4% en rythme annuel au troisième trimestre, sa plus mauvaise performance depuis la crise financière de début 2009.Mais plusieurs indicateurs publiés ces derniers mois suggèrent une nouvelle accélération de l'activité.

L'inflation a augmenté en novembre à 2,1% alors qu'elle avait atteint son plus bas niveaux en 33 mois en octobre à 1,7%.

Le directeur de la banque centrale, Zhou Xiaochuan a déclaré durant le sommet de Sanya lundi, que la Chine mettra en place graduellement la convertibilité totale du yuan, tout en disant que autorités reprendraient le contrôle des capitaux si une crise financière survenait.

Aileen Wang et Kevin Yao, Constance De Cambiaire pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten

 
<p>Selon le directeur de recherche de la banque centrale chinoise, P&eacute;kin n'est pas confront&eacute; &agrave; un risque inflationniste et n'aura pas besoin de mener une politique mon&eacute;taire agressive l'ann&eacute;e prochaine. /Photo d'archives/REUTERS</p>