Les ventes de H&M moins mauvaises que prévu en novembre

lundi 17 décembre 2012 10h56
 

STOCKHOLM (Reuters) - H&M (Hennes & Mauritz) a fait état lundi de ventes en baisse moins marquée que prévu, apaisant les craintes de voir la deuxième chaîne mondiale de magasins de vêtements casser ses prix pour écouler ses stocks face à une demande en berne.

A magasins comparables, le groupe suédois a annoncé un recul de 1% de ses ventes en novembre, alors que les analystes interrogés par Reuters avaient anticipé un repli de 3%.

Il s'agit de la deuxième baisse mensuelle d'affilée, après un recul de 5% en octobre.

Les ventes totales du groupe ont augmenté de 7% le mois dernier en monnaies locales, contre un consensus d'une hausse de 6%.

Le marché avait des craintes concernant ces chiffres à la suite de statistiques propres à l'Allemagne - le plus gros marché d'H&M - annonçant que les ventes avaient baissé de 5% en novembre, souligne un analyste qui n'a pas voulu être identifié.

"Cela pourrait apaiser les craintes d'opérations de promotions le trimestre prochain, bien que l'environnement de marché reste difficile", dit-il.

H&M, deuxième plus grande chaîne de magasins d'habillement dans le monde, derrière Inditex, qui possède les boutiques Zara, est essentiellement implantée en Europe, où la crise de la dette pèse lourdement sur la consommation.

Pour la période septembre à novembre, dernier trimestre de l'exercice fiscal 2012 du groupe suédois, le chiffre d'affaires a enregistré une progression de 5%, à 32,5 milliards de couronnes suédoises (quatre milliards d'euros), un chiffre conforme aux attentes du marché. Sur l'ensemble de l'exercice, le chiffre d'affaires du groupe a baissé de 1%.

L'action H&M affiche un gain de 1,89% vers 9h30 GMT, à 221,10 couronnes suédoises, alors que l'indice sectoriel de la distribution en Europe avance de 0,2%.

Anna Ringstrom et Veronica Ek, Juliette Rouillon pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten

 
<p>Hennes &amp; Mauritz fait &eacute;tat de ventes &agrave; magasins comparables en recul de 1% alors que les analystes financiers interrog&eacute;s par Reuters avaient anticip&eacute; un repli de 3%. /Photo d'archives/REUTERS/Fred Prouser</p>