La biotech française Vivalis rachète l'autrichienne Intercell

lundi 17 décembre 2012 08h57
 

LONDRES/PARIS (Reuters) - La société de biotechnologies française Vivalis va racheter son homologue autrichienne Intercell pour environ 133 millions d'euros, dans le cadre d'une opération qui permettra aux deux entreprises spécialisées dans les vaccins d'économiser entre cinq et six millions d'euros.

La nouvelle entité, qui sera baptisée Valneva et sera cotée à la fois à Paris et à Vienne, va ensuite lancer une augmentation de capital de 40 millions d'euros à laquelle souscrira notamment le Fonds stratégique d'investissement (FSI) à hauteur de 25 millions.

Vivalis, spécialisée dans le développement de plates-formes technologiques utilisées dans la production de vaccins et de découverte d'anticorps, et Intercell (développement de vaccins) sont toutes deux déficitaires aujourd'hui.

Début juin, le président du directoire de Vivalis, Franck Grimaud, avait dit que la société négociait de nouveaux accords de partenariat qui devaient contribuer à son retour à une situation bénéficiaire "autour de 2015".

A l'issue de l'opération, les actionnaires de Vivalis détiendront environ 55% de la nouvelle entité et ceux d'Intercell 45%.

Selon les termes de l'accord, les actionnaires d'Intercell recevront 13 nouvelles actions ordinaires Vivalis pour 40 actions Intercell, ce qui, selon un communiqué de Vivalis, représente "une prime de 31,7% pour les actionnaires d'Intercell sur la base des cours moyens des trois derniers mois".

De plus, les actionnaires d'Intercell recevront 13 nouvelles actions de préférence pour 40 actions Intercell.

Le projet de fusion a été approuvé à l'unanimité par les conseils de surveillance des deux entreprises.

"La fusion avec Intercell est une étape importante dans l'objectif stratégique de Vivalis de construire une entreprise biopharmaceutique rentable, axée sur les produits, et de poser les bases d'une croissance rapide des revenus et des bénéfices", déclarent les co-dirigeants Franck Grimaud et Majid Mehtali, directeur scientifique de Vivalis.

Le FSI, soulignant que la fusion annoncée de Vivalis et d'Intercell "a vocation à constituer l'un des principaux acteurs européens des biotechnologies dans le domaine des vaccins et des anticorps", précise dans un communiqué qu'il va "devenir l'un des actionnaires de référence et de long terme du nouvel ensemble".

Benoit Van Overstraeten pour le service français, édité par Pascale Denis