Vivendi n'est pas sous pression, dit son président du directoire

dimanche 16 décembre 2012 18h53
 

PARIS (Reuters) - Vivendi pourrait attendre sa prochaine assemblée générale, fin avril, pour annoncer les premières conclusions concrètes de la revue stratégique, déclare son président du directoire dans un entretien aux Echos publié dimanche sur le site internet du quotidien.

Le conglomérat de médias et de télécommunications a engagé au printemps une revue de l'ensemble de ses activités destinée à réorienter sa stratégie et à redresser son cours de Bourse. Parmi les filiales susceptibles d'être cédées dont le nom est régulièrement cité figurent entre autres l'opérateur marocain Maroc Telecom, le brésilien GVT et le français SFR.

"Nous ne vivons pas sous la pression", a assuré le président du directoire, Jean-François Dubos, aux Echos. "Le groupe est solide et rentable." Il ajoute que "nous pourrions avoir des annonces à faire à la prochaine assemblée générale". Celle-ci est prévue le 30 avril prochain.

"Une chose est sûre, souligne Jean-François Dubos: l'intérêt pour les contenus et les médias au sein du Conseil de surveillance."

Présidé par Jean-René Fourtou, le conseil de surveillance a intégré il y a quelques jours l'homme d'affaires Vincent Bolloré, devenu récemment l'un des premiers actionnaires.

Interrogé par Les Echos sur l'éventualité d'une vente de certains actifs dans les télécoms, Jean-François Dubos assure que le groupe n'a pas encore reçu d'offres formelles.

LA MUTUALISATION, "DIRECTION INTÉRESSANTE"

Précisant que "la valorisation de SFR est proche de 20 milliards d'euros", il souligne l'intérêt du groupe pour la piste de la mutualisation des réseaux mobiles en France, une forme de coopération qui permettrait aux opérateurs de réduire leurs coûts et leurs investissements.

"Pour SFR, cela pourrait être une direction intéressante", dit Jean-François Dubos.   Suite...

 
<p>Vivendi pourrait attendre sa prochaine assembl&eacute;e g&eacute;n&eacute;rale, fin avril, pour annoncer les premi&egrave;res conclusions concr&egrave;tes de la revue strat&eacute;gique, d&eacute;clare son pr&eacute;sident du directoire Jean-Fran&ccedil;ois Dubos dans un entretien aux Echos publi&eacute; dimanche sur le site internet du quotidien. /Photo prise le 30 ao&ucirc;t 2012/REUTERS/Mal Langsdon</p>