Pierre Moscovici prédit une année très difficile en 2013

dimanche 16 décembre 2012 09h32
 

PARIS (Reuters) - L'année 2013 sera "très difficile" pour l'économie française mais la politique du gouvernement peut conduire à "une véritable reprise en 2014", déclare Pierre Moscovici dans une interview au Journal du Dimanche.

Le ministre de l'Economie et des Finances maintient en outre l'objectif de réduction du déficit budgétaire à 3% du PIB fin 2013.

"Pour le monde, l'Europe, la France, 2013 sera une année de croissance faible. Nous savons que ce sera encore une année très difficile", dit Pierre Moscovici dans le JDD. "Nous faisons néanmoins tout pour obtenir une inversion de la courbe du chômage fin 2013, nous espérons une reprise économique à ce moment-là, nous travaillons pour être prêts à en recueillir les fruits."

Il ajoute que la prévision gouvernementale de 0,8% de croissance du PIB en 2013 peut être atteinte à trois conditions: "la levée des incertitudes dans la zone euro", l'amélioration de la compétitivité et de l'investissement en France et une consommation toujours "soutenue".

"Si ces trois conditions sont réunies, nous pouvons atteindre notre prévision de croissance, avant une véritable reprise en 2014", dit-il.

Prié de réagir à l'impopularité de l'exécutif sept mois après l'élection de François Hollande à la présidence de la République, Pierre Moscovici assure que les socialistes avaient conscience de l'ampleur de la tâche en retrouvant le pouvoir après 10 années dans l'opposition.

"Ce quinquennat est difficile. Nous sommes un gouvernement de crise", dit le ministre de l'Economie. "François Hollande sait où il va. Le redressement du pays prendra du temps. Mais il n'y a pas d'autre voie. Les Français nous jugeront sur nos résultats."

Pierre Moscovici qualifie en outre de "succès historique" l'accord conclu dans la nuit de jeudi à vendredi sur une union bancaire européenne, destinée à éviter à chaque Etat d'être fragilisé par les éventuelles faiblesses de ses propres banques nationales.

Pierre Moscovici présentera lui-même une réforme bancaire pour la France cette semaine en conseil des ministres. Face aux critiques qui lui reprochent un manque d'ambition, il juge que sa proposition atteint un "bon point d'équilibre".

Bertrand Boucey pour le service français

 
<p>L'ann&eacute;e 2013 sera "tr&egrave;s difficile" pour l'&eacute;conomie fran&ccedil;aise mais la politique du gouvernement peut conduire &agrave; "une v&eacute;ritable reprise en 2014", d&eacute;clare Pierre Moscovici dans une interview au Journal du Dimanche. /Photo prise le 28 novembre 2012/REUTERS/Philippe Wojazer</p>