Boehner serait prêt à accepter une hausse d'impôts aux USA

dimanche 16 décembre 2012 09h54
 

par Thomas Ferraro et Steve Holland

WASHINGTON (Reuters) - John Boehner s'est dit prêt à accepter une hausse des impôts sur les plus hauts revenus en échange d'une réduction importante des dépenses sociales afin de débloquer les négociations sur le "mur budgétaire" aux Etats-Unis mais Barack Obama n'est pas disposé à accepter cette offre, a-t-on appris samedi soir de source proche des négociations.

Cette proposition constitue le premier signe d'évolution du président républicain de la Chambre des représentants par rapport à sa position intangible depuis des mois.

Les républicains ont jusqu'à présent refusé la proposition de Barack Obama consistant à prolonger des exonérations d'impôts pour l'ensemble des contribuables, excepté les plus fortunés. Ils réclament que l'ensemble des Américains bénéficient d'une telle mesure.

La Maison blanche considère que la dernière proposition de John Boehner constitue un "progrès" mais les positions des deux camps demeurent éloignées, a-t-on dit de même source.

En l'absence d'accord entre les républicains et le président démocrate, les Etats-Unis seront confrontés le 1er janvier à un "mur budgétaire".

L'expression recouvre la coïncidence de deux événements distincts: d'une part la fin des allègements d'impôts décidés sous George Bush et reconduit en 2010 par Barack Obama; de l'autre la mise en oeuvre de coupes automatiques dans les dépenses publiques conséquence de l'accord de l'été 2011 sur le relèvement du plafond de la dette.

Pour les économistes, la conjonction de ces deux facteurs serait susceptible de créer un choc négatif sur l'économie américaine et la faire plonger dans la récession.

La fixation des taux d'imposition et les dépenses de sécurité sociale sont les deux points les plus difficiles dans la négociation qui s'est amorcée entre les démocrates et les républicains, majoritaires à la Chambre des représentants, pour contourner ce mur.   Suite...

 
<p>John Boehner, le pr&eacute;sident r&eacute;publicain de la Chambre des repr&eacute;sentants, se serait dit pr&ecirc;t &agrave; accepter une hausse des imp&ocirc;ts sur les plus hauts revenus en &eacute;change d'une r&eacute;duction importante des d&eacute;penses sociales afin de d&eacute;bloquer les n&eacute;gociations sur le "mur budg&eacute;taire" aux Etats-Unis. Mais Barack Obama ne serait pas dispos&eacute; &agrave; accepter cette offre. /Photo prise la 13 d&eacute;cembre 2012/REUTERS/Kevin Lamarque</p>