L'union bancaire s'écarte de son projet fédéral

vendredi 14 décembre 2012 19h55
 

par Marc Joanny

PARIS (Reuters) - Premier pas vers une union bancaire européenne, l'accord sur la supervision unique a soulevé des difficultés qui augurent mal des étapes autrement plus cruciales, à savoir la résolution des crises bancaires et un dispositif commun de garantie des dépôts.

Dévolue à la Banque centrale européenne (BCE), la supervision se limite à quelques 200 établissements de grande taille, la surveillance des plus petits, l'immense majorité, restant de la compétence première des autorités nationales. Elle n'entrera pas en vigueur avant le printemps 2014.

Dernière avancée de l'année 2012 sur la voie d'une intégration européenne plus poussée, le compromis sur la supervision bancaire unique éloigne ainsi le projet d'union bancaire dans le temps comme de son dessein fédéral initial.

Les réticences de Berlin, qui n'entendait pas que la BCE ait une compétence directe sur l'ensemble des quelque 6.000 établissements bancaires européens, risquent de se retrouver sur les deux autres volets de l'union bancaire que sont la résolution des crises et plus encore le dispositif de garantie commune des dépôts qui en découle.

L'Allemagne, où la chancelière Angela Merkel est entrée en campagne pour sa réélection l'an prochain, reste soucieuse de minimiser ses engagements vis-à-vis de ses partenaires et est opposée à un dispositif de garantie commune des dépôts.

"Au niveau européen, un des problèmes à régler est que nous allons transposer la supervision au niveau supranational alors que la résolution des crises reste du domaine national", souligne un banquier central de la zone euro.

LA CHARRUE AVANT LES BOEUFS

Sans mécanisme commun de garantie des dépôts, il est impossible de sortir du cercle potentiellement vicieux entre dettes souveraines et dette bancaires.   Suite...

 
<p>Premier pas vers une union bancaire europ&eacute;enne, l'accord sur la supervision unique a soulev&eacute; des difficult&eacute;s qui augurent mal des &eacute;tapes autrement plus cruciales, &agrave; savoir la r&eacute;solution des crises bancaires et un dispositif commun de garantie des d&eacute;p&ocirc;ts. /Photo d'archives/REUTERS</p>