PPR pourrait lancer une nouvelle griffe

vendredi 14 décembre 2012 08h22
 

PARIS (Reuters) - PPR envisage d'utiliser le produit de ses cessions d'actifs pour poursuivre son renforcement dans le luxe via des acquisitions ou la création d'une nouvelle griffe, a déclaré François-Henri Pinault lors d'une interview au Financial Times publiée vendredi.

"Nous songeons à investir dans un nouveau nom du luxe", a indiqué le PDG de PPR. "Nous n'avons plus de jeunes marques depuis qu'Alexandre McQueen et Stella McCartney ont tous deux franchi la barre des 100 millions d'euros."

PPR s'est déjà dit intéressé par des marques de luxe de moyenne taille, pesant entre 50 et 150 millions d'euros, pour compléter son portefeuille, mais c'est la première fois qu'il laisse entendre qu'il pourrait créer de toute pièce une griffe inédite avec un nouveau designer, ajoute le FT.

Le quotidien britannique souligne qu'Alexander Wang avait notamment été cité parmi ces designers potentiels jusqu'à ce qu'il soit nommé la semaine dernière directeur artistique de Balenciaga, griffe de PPR.

Parmi les segments où le groupe est sous-représenté, le quotidien britannique cite le prêt-à-porter homme et la joaillerie.

Interrogé sur le ralentissement que connaît actuellement le marché chinois, François-Henri Pinault a répondu qu'il n'était pas inquiet.

"Nous sommes en pleine schizophrénie", a-t-il dit. "Si les Etats-Unis enregistraient une croissance de 5% par an, nous ferions la fête (...) Et un ralentissement de la Chine à 7% serait un désastre ? Non, je n'ai aucune inquiétude sur son potentiel de développement sur le long terme."

PPR a réalisé lundi sa première acquisition chinoise avec le joaillier Qeelin.

Le groupe poursuit parallèlement sa sortie de la distribution, entamée en 2006, pour se recentrer sur le luxe et la mode sportive. Il a officialisé en octobre son projet de scission de la Fnac et enclenché en novembre la vente de ses activités dans Redcats.

Gilles Guillaume, édité par Benjamin Mallet

 
<p>Dans une interview au Financial Times publi&eacute;e vendredi, le PDG de PPR Fran&ccedil;ois-Henri Pinault dit envisager d'utiliser le produit des cessions d'actifs du groupe pour poursuivre son renforcement dans le luxe via des acquisitions ou la cr&eacute;ation d'une nouvelle griffe. /Photo prise le 16 f&eacute;vrier 2012/REUTERS/Charles Platiau</p>