Renault cède le solde de sa participation dans AB Volvo

mercredi 12 décembre 2012 19h29
 

PARIS (Reuters) - Renault a annoncé mercredi sa sortie définitive du capital du groupe suédois AB Volvo avec la cession du solde de sa participation de 6,5%.

Le désengagement du constructeur français avait été amorcé le 6 octobre 2010, lorsque Renault avait cédé la totalité de ses actions B qui représentaient à l'époque 14,9% du capital social et 3,8% des droits de vote de AB Volvo.

Le constructeur va cette fois céder 138 604 945 actions A de AB Volvo par le biais d'un placement privé auprès d'investisseurs institutionnels en Suède et dans le reste du monde, via la construction accélérée d'un livre d'ordres.

La banque Goldman Sachs a été mandatée en tant que teneur de livre pour l'opération.

"A l'issue de cette opération, Renault ne détiendra plus aucune participation dans AB Volvo", indique le groupe dans un communiqué.

Selon une source proche du dossier, le placement se fera à un prix compris entre 91,25 et 93,25 couronnes suédoises par action Volvo, valorisant la transaction jusqu'à 1,5 milliard d'euros.

Le montant définitif du placement sera annoncé jeudi matin en avant Bourse, a déclaré une porte-parole de Renault.

Renault, qui était entré au capital de Volvo en 2001, entend utiliser le produit de cette cession pour se désendetter et procéder à des investissements en France mais également en Russie et en Chine.

Le constructeur a finalisé ce même jour un accord très attendu lui permettant de prendre le contrôle du constructeur de la Lada, le russe AvtoVAZ et de répondre à la demande d'une classe moyenne croissante en lui proposant des véhicules abordables.

Blandine Hénault, Laurence Frost et Kylie MacLellan, avec Gilles Guillaume, édité par Jean-Michel Bélot

 
<p>Renault a c&eacute;d&eacute; le solde de sa participation de 6,5% dans le capital du groupe su&eacute;dois AB Volvo, dont le produit sera consacr&eacute; &agrave; la r&eacute;duction de la dette du constructeur automobile fran&ccedil;ais. /Photo d'archives/REUTERS/Vincent Kessler</p>