Athènes veut des fonds supplémentaires pour son rachat de dette

mercredi 12 décembre 2012 14h46
 

ATHENES (Reuters) - La Grèce a demandé mercredi à ses bailleurs de fonds internationaux 1,29 milliard d'euros de financement supplémentaire pour pouvoir accepter la totalité des offres soumises à son opération de rachat de dette.

Les créanciers privés, principalement des banques, compagnies d'assurance et fonds d'investissement, ont proposé à Athènes de lui revendre pour 31,9 milliards d'euros d'obligations d'Etat.

L'opération vise à réduire le ratio d'endettement de la République hellénique pour rendre sa dette soutenable à long terme.

L'Union européenne et le Fonds monétaire international (FMI) ont prévu d'y allouer 10 milliards d'euros mais Athènes a déclaré avoir besoin de 11,29 milliards pour racheter la totalité des titres offerts.

L'agence nationale de gestion de la dette a expliqué que le prix moyen payé pour les obligations rachetées s'établissait à 33,8 centimes par euro de valeur nominale, donc nettement au-dessus des estimations initiales.

Cela implique que l'opération a également généré un manque à gagner estimé mardi soir par une sources de la zone euro autour de 450 millions d'euros et que le ratio d'endettement ne sera réduit que de 9,5 points de pourcentage environ au lieu des 11 points visés.

Le ratio dette publique/PIB serait ainsi de l'ordre de 126,6% en 2020, alors que l'objectif fixé avec le Fonds monétaire international (FMI) en novembre était de 124%, pourcentage qui prend également en compte d'autres mesures ponctuelles.

Les ministres des Finances de la zone euro doivent se réunir jeudi à Bruxelles pour étudier les résultats de l'opération, condition préalable au versement de la prochaine tranche de l'aide financière internationale à Athènes.

Selon une texte dont Reuters a eu connaissance, le ministère des Finances allemand est favorable au déblocage de cette tranche.   Suite...

 
<p>A la Bourse d'Ath&egrave;nes. La Gr&egrave;ce a demand&eacute; mercredi &agrave; ses bailleurs de fonds internationaux 1,29 milliard d'euros de financement suppl&eacute;mentaire pour pouvoir accepter la totalit&eacute; des offres soumises &agrave; son op&eacute;ration de rachat de dette. /Photo prise le 12 d&eacute;cembre 2012/REUTERS/John Kolesidis</p>