Un co-président de Deutsche Bank visé par une enquête fiscale

mercredi 12 décembre 2012 18h11
 

par Edward Taylor

FRANCFORT (Reuters) - Le co-président du directoire de Deutsche Bank Jürgen Fitschen est directement visé par l'enquête pour fraude fiscale qui a conduit mercredi plusieurs centaines de policiers et de fonctionnaires du fisc à procéder à des perquisitions dans les locaux de la première banque allemande.

Le parquet a déclaré enquêter sur 25 salariés du groupe financier soupçonnés de fraude fiscale aggravée, de blanchiment d'argent et d'obstruction à la justice. Outre des bureaux de Deutsche Bank, les perquisitions ont visé des résidences privées à Berlin, Dusseldorf et Francfort, ont précisé les services judiciaires.

"Deux des membres du directoire de Deutsche Bank, Jürgen Fitschen et Stefan Krause, sont concernés par les investigations car ils ont signé la déclaration de TVA de 2009", a expliqué de son côté la banque dans un communiqué.

En 2009, Jürgen Fitschen dirigeait les activités allemandes du groupe et Stefan Krause était directeur financier, un poste qu'il occupe encore aujourd'hui.

Des mandats d'arrêt ont été émis pour cinq salariés, a précisé le parquet.

En octobre, une source proche du dossier avait déclaré que Deutsche Bank avait suspendu plusieurs salariés liés à une enquête sur des soupçons de fraude fiscale impliquant des transactions sur des permis d'émission de dioxyde de carbone (CO2).

Six hommes ont été condamnés à des peines de prison dans ce dossier mais aucun salarié de Deutsche Bank n'a été poursuivi en justice. Le juge qui a prononcé les condamnations a toutefois noté que la banque avait laissé le champ libre à la fraude fiscale.

CARROUSEL   Suite...

 
<p>Deutsche Bank a annonc&eacute; mercredi que des perquisitions &eacute;taient en cours dans ses locaux de Francfort dans le cadre d'une enqu&ecirc;te sur des soup&ccedil;ons d'&eacute;vasion fiscale par le biais d'&eacute;changes de permis d'&eacute;mission de dioxyde de carbone (CO2). /Photo prise le 12 d&eacute;cembre 2012/REUTERS/Kai Pfaffenbach</p>