Nissan scelle la prise de contrôle d'AvtoVAZ

mercredi 12 décembre 2012 14h39
 

par Sonia Elks et Megan Davies

PARIS/MOSCOU (Reuters) - Renault-Nissan a finalisé mercredi un accord très attendu lui permettant de prendre le contrôle du constructeur de la Lada et de répondre à la demande d'une classe moyenne croissante en lui proposant des véhicules abordables.

Le PDG de l'alliance franco-japonaise Carlos Ghosn, qui se trouvait à Moscou pour signer l'accord, a dit que ce dernier renforçait un partenariat de quatre ans avec AvtoVAZ pour répondre aux besoins d'une classe moyenne passée d'un million de personnes en 1999 à 15-30 millions, selon une étude récente de la Sberbank.

"La Russie est en passe de devenir le premier marché automobile européen d'ici 2015", a dit Carlos Ghosn, lors d'une conférence de presse. "Le marché est très concurrentiel et tous les grands constructeurs automobiles étrangers y sont présents mais soyons bien clairs: nous ferons plus que construire et vendre des voitures en Russie".

Ghosn escompte que la nouvelle coentreprise constituée avec le groupe public Russian Technologies pour prendre le contrôle d'AvtoVAZ prenne 40% du marché russe d'ici 2016 contre 30% actuellement, Renault-Nissan apportant son savoir-faire AvtoVAZ ses outils de production.

Les ventes d'automobiles ont augmenté de 40% en Russie en 2011, à plus de 2,6 millions de véhicules, et devraient représenter autour de 2,9 millions d'unités cette année. Carlos Ghosn anticipe des ventes annuelles de l'ordre de quatre millions de véhicules dans la décennie 2020.

L'alliance Renault-Nissan et AvtoVAZ disposera en Russie d'une capacité annuelle de production d'au moins 1,7 million de voitures à partir de 2016. La Russie est actuellement le troisième marché de Renault-Nissan, qui y a vendu 878.990 voitures l'an dernier, dont 578.387 Lada.

Relance la marque Lada, qui reste leader du marché russe, est une priorité de Carlos Ghosn.

AvtoVAZ n'a survécu au marasme de l'année 2009 que grâce à l'Etat et ses berlines, promptes à la panne, sont un fréquent objet de moquerie en Russie.   Suite...

 
<p>Le PDG de Renault-Nissan Carlos Ghosn. L'alliance franco-japonaise a finalis&eacute; mercredi un accord tr&egrave;s attendu lui permettant de prendre le contr&ocirc;le du constructeur de la Lada et de r&eacute;pondre &agrave; la demande d'une classe moyenne croissante en lui proposant des v&eacute;hicules abordables. /Photo prise le 5 novembre 2012/REUTERS/Julien Muguet</p>