Les marchés européens finissent en ordre dispersé

lundi 10 décembre 2012 18h01
 

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes ont terminé en ordre dispersé lundi tandis que l'euro montrait des signes de faiblesse et que les valeurs refuges étaient recherchées, autant de signe du regain de tension lié à la perspective du départ de Mario Monti de la présidence du Conseil italien.

En prenant acte de la perte du soutien du PDL, le parti de Silvio Berlusconi, Mario Monti n'a fait que donner un coup d'accélérateur au calendrier électoral italien mais certains investisseurs craignent aussi une remise en cause des réformes qu'il a engagées depuis un an.

Ce facteur explique à lui seul la baisse de 2,2% de la Bourse de Milan sur la journée et la remontée de près de 30 points de base du rendement de la dette à 10 ans italienne, à 4,82%. La journée a aussi été préjudiciable aux actifs espagnols: l'indice Ibex madrilène a cédé 0,56% et le rendement à 10 ans est reparti à la hausse à 5,58%.

A l'échelle européenne, l'indice EuroStoxx 50 a terminé en repli de 0,21% à 2.595,97 points. Plusieurs grandes places du continent ont toutefois fini dans le vert, comme Paris, où le CAC 40 a pris 0,18% à 3.612,10 et Francfort, où le Dax a gagné 0,17% à 7.530,92.

A Wall Street, après une ouverture hésitante, la tendance s'est petit à petit affirmée à la hausse et au moment de la clôture européenne, le Dow Jones gagnait 0,26% tandis que le Standard & Poor's 500 prenait 0,19% et le Nasdaq 0,55%.

Le marché américain est soutenue entre autres par les ventes meilleures qu'attendu de McDonald's en novembre. Le titre du géant de la restauration rapide prend 1,3%.

Sur le marché des changes, l'euro a regagné au fil des heures une partie du terrain cédé en début de journée et progressait face au dollar en fin de séance en Europe, à 1,2930.

Aux Etats-Unis, les Treasuries profitent du suspense lié au dossier du "mur budgétaire" et à l'anticipation de nouvelles mesures de la Fed, qui tient sa dernière réunion de l'année lundi et mardi.

Les matières premières, elles, profitent entre autres d'une nette hausse de la production industrielle chinoise en novembre.

Marc Angrand pour le service français, édité par Catherine Monin

 
<p>LA CL&Ocirc;TURE DES BOURSES EUROP&Eacute;ENNES</p>