L'Espagne craint la contagion italienne

lundi 10 décembre 2012 14h57
 

par Jesús Aguado

MADRID (Reuters) - Le gouvernement espagnol continue à étudier la possibilité d'une aide internationale, a déclaré lundi le ministre de l'Economie, Luis de Guindos, ajoutant que Madrid risquait de souffrir de l'impact des incertitudes politiques en Italie.

Cette contagion était déjà à l'oeuvre lundi puisque l'écart de rendement entre les obligations d'Etat espagnoles et allemandes à dix ans remontait de 20 points de base, à 436 points à la mi-journée. Elle reste toutefois loin du record de plus de 650 points inscrit en juillet.

Le rendement des emprunts espagnols à dix ans s'affichait à 5,63% vers 13h00 GMT, contre 5,49% vendredi, tandis que la Bourse de Madrid cédait 1,46%.

"Chaque fois qu'il y a des doutes (...) par exemple dans le cas de l'Italie aujourd'hui, quand il y a des incertitudes sur la stabilité politique d'un pays voisin comme l'Italie, cela nous affecte immédiatement", a dit Luis de Guindos dans un entretien à une radio publique espagnole.

La décision de Mario Monti, le président du conseil italien, de présenter la démission de son gouvernement sitôt le budget 2013 adopté au parlement provoque un regain de tensions sur le marché de la dette italienne et à la Bourse de Milan.

Les analystes jugent toutefois faible le risque à court terme encouru par l'Espagne en raison de l'instabilité italienne.

"Le risque est très limité à cause du programme d'achats d'obligations (annoncé par) la BCE. On ne va pas assister à une envolée des taux d'intérêt comparable à celle qu'on a connue avant l'été mais il y aura à l'évidence des tensions qui se traduiront peut-être par une demande plus faible lors des prochaines adjudications obligataires", explique Jose Luis Martinez, économiste de Citigroup.

"LA MEILLEURE DÉCISION POUR L'ESPAGNE"   Suite...

 
<p>Le ministre de l'Economie espagnol, Luis de Guindos. Madrid craint de souffrir de l'impact des incertitudes politiques en Italie. /Photo prise le 28 novembre 2012/REUTERS/Andrea Comas</p>