Dette et recentrage d'activités poussent aux cessions

vendredi 7 décembre 2012 16h26
 

par Matthieu Protard

PARIS (Reuters) - Après les Etats et les banques, les entreprises aussi sont passées à l'heure des cures d'austérité et d'amaigrissement. Les grands groupes français sont de plus de plus contraints de céder des actifs pour recentrer leurs activités et réduire leur endettement.

L'annonce, mercredi soir, par GDF Suez d'un nouveau programme de cessions et de déconsolidations de 11 milliards d'euros sur deux ans est venue confirmer une tendance constatée chez d'autres poids lourds, comme Veolia Environnement qui vise 5 milliards d'euros de cessions en 2012-2013.

Avec un ratio de dette long terme sur fonds propres de 236% selon les données Thomson Reuters, Veolia est de loin la plus endettée des sociétés du CAC 40. Elle est rejointe dans sa politique de désendettement par Carrefour, EDF, France Télécom ou encore Lafarge, pour lesquelles le ratio atteint respectivement 143%, 137%, 123% et 76%, à comparer à un niveau de 68% pour GDF Suez.

"Tout le monde partage le sentiment qu'il faut aujourd'hui des bilans assainis parce que les entreprises peuvent vivre des chocs en termes d'accès au crédit", souligne Fabrice Théveneau, responsable de la recherche actions à la Société générale. "Ce qui veut dire qu'il faut allonger la durée de sa dette et avoir des niveaux d'endettement maîtrisés."

Si les grandes entreprises françaises ont globalement des situations financières plus saines qu'au début des années 2000, les investisseurs sont de plus en plus vigilants dans une conjoncture économique dégradée.

Cet effort d'assainissement des bilans des entreprises est d'autant plus important que les banques, elles-mêmes soumises à de nouvelles contraintes prudentielles, sont de plus en plus prudentes quand il s'agit d'accorder des prêts ou de renouveler des lignes de financement.

"Les groupes qui ont beaucoup d'activités en Europe et qui ont été les plus exposés à la crise n'ont pas d'autre choix que de restructurer leur portefeuille et de faire des cessions, que ce soit pour alléger le poids d'une dette devenue insupportable ou pour recentrer des activités trop disparates", explique de son côté un banquier d'affaires parisien, qui n'a pas souhaité être nommé.

SFR, UN CAS D'ÉCOLE   Suite...