Le président tchèque ne ratifiera pas la création du MES

vendredi 7 décembre 2012 13h40
 

PRAGUE (Reuters) - Le président tchèque, Vaclav Klaus, ne signera pas les changements apportés au Traité de Lisbonne pour permettre la création officielle du Mécanisme européen de stabilité (MES), l'organisme de sauvetage permanent de la zone euro, rapporte l'agence CTK vendredi.

Tous les autres pays de l'Union européenne l'ont déjà fait.

Conformément à la Constitution tchèque, Vaclav Klaus est censé signer le texte qui a déjà été approuvé par les deux chambres du Parlement.

"Je considère ces boucliers comme une chose monstrueuse, insensée et absurde et je ne signerai jamais", a-t-il dit.

Sa décision ne remet toutefois pas en cause l'existence du MES. Pour entrer en vigueur, le traité créant le MES devait être ratifié par un ensemble de pays représentant au moins 90% de son capital. Ce seuil a été atteint après l'approbation définitive de l'Allemagne, en septembre.

"Le MES a été créé sur la base d'un accord intergouvernemental", a expliqué le porte-parole de la Commission européenne à Prague, Martin Stasek. "Dans une perspective à long terme, l'objectif est de l'intégrer aux traités européens. Mais le fonds fonctionne aujourd'hui sur la base de cet accord intergouvernemental et son fonctionnement n'est donc pas menacé", a-t-il dit.

Le Mécanisme européen de stabilité doit fournir une assistance financière aux Etats de la zone euro éprouvant ou étant menacées de difficultés de financement.

Robert Müller, Wilfrid Exbrayat et Henri-Pierre André pour le service français, édité par Marc Angrand et Gilles Trequesser