Petits pas vers une candidature de Moscovici à l'Eurogroupe

vendredi 7 décembre 2012 13h31
 

PARIS (Reuters) - La France avance prudemment sur le chemin d'une candidature de son ministre des Finances, Pierre Moscovici, à la présidence de l'Eurogroupe, que Jean-Claude Juncker souhaite bientôt quitter.

"Respectons les rythmes, les procédures et les hommes", déclare Pierre Moscovici vendredi dans un communiqué, une façon d'éviter de se mettre en première ligne d'une compétition où les spécialistes soulignent qu'il n'y a que des coups à prendre.

L'Eurogroupe, qui rassemble les ministres des Finances de la zone euro, est un des principaux forum de coordination des politiques économiques, un instrument essentiel dans une zone monétaire en crise.

Jean-Claude Juncker occupe le poste depuis sa création en 2005, et a déclaré vouloir passer le témoin fin 2012 ou début 2013.

"Jean-Claude Juncker a créé la fonction de président de l'Eurogroupe, qu'il occupe avec talent. Son remplacement, le moment venu, devra faire l'objet d'une réflexion collective", poursuit le ministre français des Finances. "La France, et Pierre Moscovici lui-même, y prendront toute leur part."

Dans son entourage, on soulignait vendredi que le sujet serait probablement discuté à l'Eurogroupe du 12 décembre.

"Il ne s'agit pas d'une démarche individuelle mais collective", a insisté une source proche de Pierre Moscovici.

Le communiqué du ministre français fait suite à une déclaration qui pouvait laisser penser qu'il n'était pas intéressé par la présidence.

"Je ne suis pas candidat", a-t-il dit vendredi matin sur RMC et BFM TV. Prié de dire s'il pourrait être choisi, il avait ajouté : "Je ne crois pas."   Suite...

 
<p>La France avance prudemment sur le chemin d'une candidature de son ministre des Finances, Pierre Moscovici (photo), &agrave; la pr&eacute;sidence de l'Eurogroupe, que le Luxembourgeois Jean-Claude Juncker souhaite bient&ocirc;t quitter. /Photo prise le 26 octobre 2012/REUTERS/Charles Platiau</p>