Les Bourses européennes terminent en hausse, Paris gagne 0,31%

jeudi 6 décembre 2012 18h25
 

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes ont terminé en hausse jeudi, à leur meilleur niveau en 18 mois, portées par des facteurs techniques haussiers, par de meilleures perspectives économiques mondiales et par des valorisations attrayantes.

A Paris, l'indice CAC 40 a terminé sur un gain de 11,15 points (0,31%) à 3.601,65. L'Eurofirst 300 a pris 0,69% à 1.131,85, au plus haut depuis la fin 2011. L'indice a gagné 13% environ depuis le début de l'année et près de 20% par rapport à ses plus bas de plusieurs mois inscrits en juin.

"Nous avons encore des risques mais les risques ont perdu en ampleur et ils sont mieux gérés. Les actions ont été valorisées de manière attrayante et c'est l'une des raisons pour lesquelles on déplace de l'argent vers les actions", dit Ben Hauzenberger (Swisscanto Asset Management).

"Les sociétés bien équipées pour l'exportation devraient être recherchées. Le segment des logiciels est intéressant car certaines sociétés sont internationales et leurs structures de coût sont basses".

Aux secteurs, la chimie réalise le gain le plus important de la journée (+1,93%).

La plus grosse perte du jour est au compteur de GDF Suez (-11,34%). L'énergéticien a prévu mercredi un recul de ses résultats en 2013 et 2014 par rapport à cette année en raison notamment de la crise européenne qui affecte la demande de gaz et d'électricité.

Sur le marché des changes, l'euro est bien parti pour accuser sa perte la plus forte contre dollar en un mois, en réaction aux déclarations du président de la Banque centrale européenne (BCE) Mario Draghi, après que l'établissement a laissé les taux directeurs inchangés.

Mario Draghi a dit que la discussion sur les taux avait été vaste mais qu'un consensus s'était formé pour un statu quo. "Ces propos donnent à penser que certains appuyaient une baisse des taux et le marché pense donc qu'elle risque d'être annoncée lors de la prochaine réunion", commente Andrew Wilkinson (Miller Tabak).

Les incertitudes politiques italiennes ont également affecté l'euro. Le président du Conseil italien Mario Monti a dû faire face jeudi à la fronde des parlementaires du Peuple de la liberté (PDL), le parti de Silvio Berlusconi, qui ont décidé de boycotter un vote de confiance au Sénat puis de s'abstenir à la Chambre des députés.   Suite...

 
<p>LA CL&Ocirc;TURE DES BOURSES EUROP&Eacute;ENNES</p>