GDF Suez au plus bas après son "avertissement sur résultats"

jeudi 6 décembre 2012 10h30
 

PARIS (Reuters) - L'action GDF Suez chute à un plus bas historique jeudi matin à la Bourse de Paris dans des volumes très élevés, l'énergéticien ayant annoncé la veille attendre un recul de ses résultats en 2013 et 2014 sur fond de crise européenne qui pénalise la demande de gaz et d'électricité.

A 9h55, le titre perd 14,27% à 14,78 euros, après être tombé à 14,55 euros, son plus bas niveau depuis son introduction en Bourse en juillet 2005, dans des volumes représentant 3,6 fois leur moyenne quotidienne des trois derniers mois. Le titre accuse la plus forte baisse du CAC 40 en hausse de 0,53% eu même moment.

GDF Suez, qui a annoncé un nouveau plan d'économies de 3,5 milliards d'euros à horizon 2015, vise un résultat net récurrent part du groupe compris entre 3,1 et 3,5 milliards d'euros en 2013 et 2014, contre un objectif de 3,7 milliards et 4,2 milliards d'euros confirmé pour 2012.

"Même si la faiblesse des prévisions de GDF Suez fait suite à des tendances semblables de la part de ses concurrents, nous nous attendons à une baisse de l'action compte tenu de l'importance de l'abaissement" de prévisions, prévient dans une note UBS.

De leur côté, les analystes de Deutsche Bank et de Bank of America Merrill Lynch ont tous les deux décidé de ne plus conseiller la valeur à l'achat.

GDF Suez a également fait savoir que le pacte d'actionnaires de Suez Environnement ne serait pas renouvelé en juillet prochain, une opération qui lui permettra de déconsolider la dette de 8 milliards d'euros du spécialiste de l'eau et des déchets, dont il détient 35,7% du capital.

L'action Suez environnement, qui a ouvert en baisse de 1,5%, gagne 0,41% à 8,384 euros.

Alexandre Boksenbaum-Granier, édité par Jean-Michel Bélot

 
<p>L'action GDF Suez chute &agrave; un plus bas historique jeudi matin &agrave; la Bourse de Paris dans des volumes tr&egrave;s &eacute;lev&eacute;s, l'&eacute;nerg&eacute;ticien ayant annonc&eacute; la veille attendre un recul de ses r&eacute;sultats en 2013 et 2014 sur fond de crise europ&eacute;enne qui p&eacute;nalise la demande de gaz et d'&eacute;lectricit&eacute;. /Photo d'archives/REUTERS/Charles Platiau</p>