Démission du patron de Saipem après une enquête pour corruption

jeudi 6 décembre 2012 07h47
 

MILAN (Reuters) - Pietro Franco Tali, administrateur délégué de longue date du groupe de services pétroliers italien Saipem, a démissionné mercredi après des informations disant que l'entreprise faisait l'objet d'une enquête pour corruption présumée lors de contrats passés en Algérie.

Saipem, numéro un européen du secteur, concurrent du français Technip, précise dans un communiqué que des procureurs de Milan examinaient des soupçons de corruption sur des contrats ayant été conclus jusqu'en 2009.

Le groupe, contrôlé par le groupe pétrolier public Eni, n'a pas fourni davantage de détails, tout en disant avoir respecté la loi.

Saipem souligne que Pietro Franco Tali n'était visé par l'enquête mais qu'il avait démissionné pour permettre au groupe de mieux répondre aux questions des enquêteurs.

Pietron France Tali, 63 ans, était en poste depuis 2000 et est l'un des dirigeants les plus respectés dans le secteur des services pétroliers. Il sera remplacé par Umberto Vergine.

Deux autres dirigeants du groupe ont été suspendus de leurs fonctions.

Dans un communiqué séparé, Eni déclare que son directeur financier Alessandro Bernini avait également décidé de démissionner après l'annonce de l'ouverture d'une enquête.

Saipem a par le passé obtenu plusieurs contrats de Sonatrach, la compagnie nationale algérienne d'hydrocarbures. En novembre, cette dernière a nommé son quatrième directeur général en deux ans sur fond d'une enquête pour corruption.

Stephen Jewkes, Benoit Van Overstraeten pour le service français

 
<p>Pietro Franco Tali, administrateur d&eacute;l&eacute;gu&eacute; de longue date du groupe de services p&eacute;troliers italien Saipem, a d&eacute;missionn&eacute; mercredi apr&egrave;s des informations disant que l'entreprise faisait l'objet d'une enqu&ecirc;te pour corruption pr&eacute;sum&eacute;e lors de contrats pass&eacute;s en Alg&eacute;rie. /Photo prise le 9 septembre 2012/REUTERS/Tim Chong</p>