Des PME françaises à l'assaut du gaz de schiste américain

mercredi 5 décembre 2012 21h54
 

par Michel Rose

PARIS (Reuters) - La France a interdit la technique de la fracturation hydraulique sur son sol mais la révolution des gaz de schiste en cours aux Etats-Unis constitue une aubaine pour de petites PME françaises spécialisées dans les services parapétroliers.

Le marché américain des gaz et pétroles de schiste a attiré les grands noms de l'industrie parapétrolière française comme Technip ou CGGVeritas mais des entreprises anonymes, à l'image de la société stéphanoise SNF, ont réussi à se tailler la part du lion ces dernières années.

Cette PME indépendante, fondée en 1978, a débuté son activité par la production de polymères - de minuscules particules de plastiques - destinées à l'industrie de l'eau, qui les utilise pour rendre les liquides plus visqueux et alléger ainsi les coûts de transport.

Ces "polymères hydrosolubles", qui connaissaient depuis plusieurs décennies une croissance solide mais stable, ont vu leur demande exploser avec le développement soudain de la fracturation hydraulique aux Etats-Unis, qui utilise l'eau sous haute pression pour libérer le gaz emprisonné dans la roche.

"Ce qui s'est passé depuis à peine trois ans, c'est une accélération massive du déploiement (de cette utilisation) aux Etats-Unis. Nos ventes ont été multipliées par quasiment cinq", explique à Reuters le directeur général de SNF, Pascal Rémy.

Implantée aux Etats-Unis peu après sa création, SNF était l'une des seules sociétés prête à ouvrir rapidement un nouveau site de production pour répondre à la demande. Le groupe a inauguré il y a deux ans un site en Louisiane.

SNF, dont le chiffre d'affaires a atteint 2,5 milliards de dollars cette année, contrôle aujourd'hui un tiers du marché américain de ces polymères, dit Pascal Rémy, soulignant que ce marché croît de 20% chaque année.

ADAPTER LES TECHNIQUES   Suite...