La Banque postale va reprendre 12% des effectifs du CIF

mercredi 5 décembre 2012 19h09
 

PARIS (Reuters) - Sollicitée par le gouvernement pour pallier la disparition progressive du Crédit immobilier de France (CIF), la Banque postale a proposé mercredi de reprendre 300 des 2.500 collaborateurs du CIF sur deux ans dans le cadre du renforcement de ses activités de prêts immobiliers aux foyers modestes.

Depuis le sauvetage du CIF en septembre et l'octroi de garanties publiques pour ses financements, les autorités françaises s'efforcent de trouver des solutions pour maintenir en France un dispositif d'accession sociale à la propriété et pour limiter les licenciements au sein du Crédit immobilier de France.

A défaut d'avoir pu trouver un repreneur pour le CIF, l'Elysée a entériné la semaine dernière la liquidation du portefeuille de prêts existants de l'établissement et demandé à la Banque postale de prendre le relais pour l'octroi des futurs prêts immobiliers aux foyers aux revenus modestes.

Dans cette optique, la filiale bancaire du groupe La Poste a indiqué dans un communiqué qu'elle serait en mesure de proposer dès l'année prochaine une enveloppe d'un milliard d'euros de prêts à l'habitat pour les revenus modestes, avec l'objectif de pouvoir aller jusqu'à trois milliards ultérieurement.

"En accélérant dans le développement de l'accession sociale à la propriété, la Banque postale vise une production supplémentaire de près de 3 milliards d'euros à terme", explique l'établissement qui entend s'appuyer sur une équipe de 730 conseillers spécialisée dans l'immobilier.

Un comité d'orientation à l'accession sociale va aussi être créé.

Très dépendant des marchés financiers et ne bénéficiant pas de dépôts bancaires, le Crédit immobilier de France s'est retrouvé cette année en grandes difficultés après les décisions de Moody's d'abaisser ses notes de crédit.

Contraint de demander l'aide de l'Etat, le groupe avait au préalable bénéficié de liquidités d'urgence apportées par la Banque de France.

Face aux menaces de licenciements, les syndicats des salariés ont de leur côté multiplié les interventions pour sensibiliser le gouvernement et les collectivités locales sur les risques liés à la disparition du CIF et ses conséquences sociales.

Matthieu Protard, édité par Jean-Michel Bélot

 
<p>La Banque postale envisage de recruter 300 collaborateurs du Cr&eacute;dit immobilier de France (CIF) sur deux ans dans le cadre du renforcement de ses activit&eacute;s de pr&ecirc;ts immobiliers aux foyers aux revenus modestes. /Photo d'archives/REUTERS/Beno&icirc;t Tessier</p>