L'activité dans les services reste difficile

mercredi 5 décembre 2012 10h10
 

PARIS (Reuters) - La contraction de l'activité dans le secteur des services s'est ralentie en novembre en France après trois mois consécutifs d'accélération, mais la composante des nouvelles commandes a enregistré sa plus mauvaise performance depuis avril 2009, ce qui n'est pas de bon augure pour la suite.

L'indice PMI des services définitif publié mercredi par Markit ressort ainsi à 45,8 pour le mois dernier, contre 44,6 en octobre, alors qu'il s'inscrivait à 46,1 en première estimation.

La barre des 50 sépare contraction et expansion.

La composante des nouvelles commandes a chuté à 44,1, un point de moins qu'en octobre, un niveau qui annonce des mois à venir difficiles.

"La plus forte baisse des nouvelles affaires depuis avril 2009 enregistrée en novembre n'augure rien de bon pour le secteur français des services, les perspectives d'activité demeurant ainsi bien sombres à l'approche de la fin de l'année", déclare dans un communiqué Jack Kennedy, économiste de Markit.

"La faiblesse de la demande incite les entreprises à diminuer de nouveau leurs tarifs, ce malgré une accélération de l'inflation des coûts. Les entreprises interrogées font également état de l'annulation de certains projets et de la baisse des demandes de devis, les clients adoptant une position de repli face au climat économique actuel", ajoute-t-il.

L'indice PMI composite, qui regroupe celui des services et celui de l'industrie, est remonté à 44,3 en novembre après 43,5 en octobre. En première estimation, il était ressorti à 44,6.

Yann Le Guernigou, édité par Dominique Rodriguez

 
<p>La contraction de l'activit&eacute; dans le secteur des services s'est ralentie en novembre apr&egrave;s trois mois cons&eacute;cutifs d'acc&eacute;l&eacute;ration, mais la composante des nouvelles commandes a enregistr&eacute; sa plus mauvaise performance depuis avril 2009. /Photo d'archives/REUTERS/Sherwin Crasto</p>