L'Ecofin affiche ses divisions sur l'union bancaire

mardi 4 décembre 2012 16h13
 

par John O'Donnell et Robin Emmott

BRUXELLES (Reuters) - La France et l'Allemagne ont exprimé au grand jour leurs divergences mardi sur le projet de supervision du secteur bancaire européen par la Banque centrale européenne, au risque de retarder la mise en oeuvre de l'union bancaire, l'un des plus ambitieux projets de l'histoire de l'Union.

Les 27 sont censés s'accorder avant la fin de l'année sur le cadre juridique permettant de placer à terme l'ensemble des banques de l'Union sous le contrôle de la BCE.

Mais le ministre des Finances allemand Wolfgang Schäuble a déclaré, lors de la réunion mensuelle de l'Ecofin à Bruxelles, que son pays ne pouvait pas abandonner à la banque centrale tout pouvoir de décision en matière de supervision.

Son homologue français Pierre Moscovici a pour sa part mis en garde contre toute velléité d'affaiblissement d'un projet censé constituer une réponse définitive à cinq ans de crise financière et économique.

"Il est absolument nécessaire qu'il y ait une muraille de Chine entre supervision bancaire et politique monétaire", a dit Wolfgang Schäuble, avant d'exprimer son scepticisme sur la capacité même d'une institution indépendante comme la BCE à assurer des missions de supervision.

De son côté, Pierre Moscovici a rappelé que les dirigeants de l'Union, en confiant aux ministres des Finances la tâche d'élaborer le cadre de la supervision bancaire, avaient placé la BCE au centre du projet.

"In fine, c'est bien la Banque centrale européenne qui doit avoir la responsabilité de l'ensemble, le contrôle de l'ensemble, sinon il n'y a pas de vrai système de supervision bancaire", a-t-il dit.

L'ampleur des divisions entre Paris et Berlin, les deux premières économies de l'Union, ne fait que souligner la difficulté des discussions de mardi.   Suite...

 
<p>Le ministre des Finances allemand Wolfgang Sch&auml;uble et son homologue fran&ccedil;ais Pierre Moscovici. La France et l'Allemagne ont exprim&eacute; au grand jour leurs divergences mardi sur le projet de supervision du secteur bancaire europ&eacute;en par la Banque centrale europ&eacute;enne, au risque de retarder la mise en oeuvre de l'union bancaire, l'un des plus ambitieux projets de l'histoire de l'Union. /Photo d'archives/REUTERS/Fran&ccedil;ois Lenoir</p>