Le coût de l'EPR de Flamanville passe à 8,5 milliards d'euros

lundi 3 décembre 2012 19h39
 

PARIS (Reuters) - EDF a annoncé lundi que le coût de construction de l'EPR de Flamanville (Manche) avait augmenté de deux milliards d'euros, atteignant ainsi 8,5 milliards, en tenant de l'inflation, contre 3,3 milliards prévus initialement en 2005.

La mise en service du réacteur de 3e génération conçu par Areva est en revanche maintenue pour 2016, a également annoncé l'électricien français.

La construction de ce réacteur de 1.650 megawatts a débuté en 2007 pour une mise en service initialement prévue pour 2012, puis repoussée deux fois.

En 2005, EDF avait estimé le coût de la construction à 3,3 milliards d'euros, puis l'avait revu à quatre milliards en 2008 et à six milliards en 2011.

Depuis 2005, le coût de construction a augmenté de 160%.

"L'évolution du design de la chaudière, les études d'ingénierie supplémentaires, l'intégration des nouvelles exigences réglementaires ainsi que les enseignements post-Fukushima ont pesé sur le coût total de la construction", indique EDF dans un communiqué.

La révision du coût s'explique aussi par des dépenses supplémentaires liées à des aléas industriels, comme le remplacement des 45 consoles et ses conséquences sur l'aménagement du planning des travaux ainsi que l'impact financier de l'allongement des délais de construction.

EDF souligne toutefois que "des étapes importantes ont été franchies avec la réalisation de 93% du génie civil et 36% des montages électromécaniques ainsi que la mise en eau du canal d'amenée de la station de pompage début novembre 2012".

En Finlande, où le premier réacteur EPR est en construction à Olkiluoto, le chantier d'Areva accuse cinq ans de retard et devrait être achevé en 2014.

Marion Douet, édité par Pascale Denis)

 
<p>EDF a annonc&eacute; lundi que le co&ucirc;t de construction de l'EPR de Flamanville avait augment&eacute; de deux milliards d'euros, la production des premiers kWh &eacute;tant pour sa part toujours pr&eacute;vue pour 2016. La mise en service du r&eacute;acteur de 3e g&eacute;n&eacute;ration con&ccedil;u par Areva est en revanche maintenue pour 2016. /Photo d'archives/REUTERS/Beno&icirc;t Tessier</p>