Madrid demande officiellement une aide pour ses banques

lundi 3 décembre 2012 19h10
 

MADRID (Reuters) - L'Espagne a déposé lundi une demande d'aide de 39,5 milliards d'euros pour son secteur bancaire afin de recapitaliser les établissements de crédit dont la santé a été mise à mal par l'explosion de la bulle immobilière.

La Commission européenne avait donné mercredi son feu vert à la restructuration par l'Espagne de ses quatre banques en difficulté qui ont été nationalisées, ouvrant la voie au déblocage d'un soutien financier de la zone euro via le Mécanisme européen de stabilité (MES).

"Dans la droite ligne du protocole d'accord qui a été conclu, nous avons obtenu la semaine dernière le feu vert pour le restructuration des banques et aujourd'hui, nous avons formellement demandé au MES les 37 milliards d'euros de financements", a déclaré de Bruxelles le ministre espagnol de l'Economie Luis de Guindos.

"(Les fonds) ont une maturité de 12 ans et demi avec un délai de grâce de dix ans et un taux d'intérêt nettement inférieur à 1% et qui, pour une année au moins, sera de peu supérieur à 0,5%", a-t-il poursuivi.

"Nous pensons qu'il s'agit de conditions avantageuses, ce qui permettra de traiter, restructurer et surmonter les problèmes du secteur bancaire espagnol."

En juin, Madrid avait obtenu pour son secteur bancaire la promesse d'une enveloppe d'aide pouvant aller jusqu'à 100 milliards d'euros provenant du MES.

Sur ces fonds, 37 milliards d'euros viendront soutenir les banques nationalisées, Bankia, Catalunya Banc, BCG Banco et Banco de Valencia et les 2,5 milliards restants seront destinés à la structure de défaisance espagnole, la Sareb.

Réunis à Bruxelles pour leur réunion mensuelle, les ministres des Finances de la zone euro devaient approuver ces versements dans la soirée de lundi.

Jésus Aguado, Nicolas Delame pour le service français, édité par Véronique Tison

 
<p>L'Espagne a d&eacute;pos&eacute; une demande d'aide de 39,5 milliards d'euros pour son secteur bancaire afin de recapitaliser les &eacute;tablissements de cr&eacute;dit dont la sant&eacute; a &eacute;t&eacute; mise &agrave; mal par l'explosion de la bulle immobili&egrave;re, dont les quatre banques en difficult&eacute; ayant &eacute;t&eacute; nationalis&eacute;es Bankia, Catalunya Banc, BCG Banco et Banco de Valencia. /Photo prise le 28 novembre 2012/REUTERS/Andrea Comas</p>