Tiffany abaisse ses prévisions annuelles

jeudi 29 novembre 2012 18h01
 

(Reuters) - Tiffany & Co a abaissé jeudi ses prévisions annuelles pour le troisième trimestre de suite après que le joaillier américain a annoncé des résultats inférieurs aux attentes en raison d'une chute de ses ventes en Asie.

A la suite de ces annonces, le titre Tiffany perdait vers 16h35 GMT 7,01% à 59,26 dollars alors que le S&P 500 avançait de 0,48%.

Le groupe, connu pour ses emballages bleus, a beaucoup investi dans de nouveaux marchés, notamment en Asie, où il réalise près d'un quart de son chiffre d'affaires.

Son activité dans la région a toutefois été affectée par le ralentissement économique en cours en Chine, comme en témoignent le recul de 4% des ventes de ses magasins asiatiques ouverts depuis au moins un an.

Tiffany anticipe à présent une croissance des ventes mondiales nettes de 5% à 6% sur l'exercice clos en janvier, soit un point de moins que sa précédente prévision.

Michael Kowalski, directeur général de l'entreprise, a déclaré que Tiffany avait une vision à court terme "prudente" de l'économie mondiale, tout en disant anticiper une amélioration des résultats à la faveur de l'actuelle saison des fêtes de fin d'année, au cours de laquelle le joaillier enregistre un tiers de ses ventes.

Tiffany anticipe un bénéfice par action de 3,20 à 3,40 dollars contre 3,55 à 3,70 précédemment.

Le chiffre d'affaires mondial du groupe américain a augmenté de 3,8% à 852,7 millions de dollars au troisième trimestre clos le 31 octobre, tandis que les ventes à périmètre comparable ont progressé de 1%. Le consensus Thomson Reuters I/B/E/S donnait 859,2 millions.

Le bénéfice net est ressorti à 63,2 millions de dollars, soit 49 cents par action, contre 89,7 millions (70 cents) un an auparavant.

Phil Wahba, Wilfrid Exbrayat pour le service français, édité par Véronique Tison

 
<p>Tiffany &amp; Co a abaiss&eacute; jeudi ses pr&eacute;visions de vente et de b&eacute;n&eacute;fice annuels, &eacute;voquant la conjoncture &eacute;conomique mondiale et de m&eacute;diocres ventes des bijoux en argent. /Photo d'archives/REUTERS/Phil McCarten</p>