29 novembre 2012 / 10:03 / il y a 5 ans

EDF chute en Bourse à l'évocation de 8,8 milliards à rembourser

<p>Le gestionnaire du r&eacute;seau de distribution d'&eacute;lectricit&eacute; fran&ccedil;ais ERDF, filiale &agrave; 100% d'EDF, pourrait avoir &agrave; rembourser au total pr&egrave;s de 8,8 milliards d'euros aux clients du groupe en raison d'une surfacturation r&eacute;alis&eacute;e depuis 2009. Cons&eacute;quence de la d&eacute;cision du Conseil d'Etat d'annuler le tarif d'utilisation des r&eacute;seaux publics pour la p&eacute;riode 2009-2013, cette restitution avanc&eacute;e par le quotidien Le Parisien entra&icirc;nait une chute du titre d'EDF de 3,36% &agrave; 13,79 euros, vers 10h25. /Photo d'archives/Charles Platiau</p>

PARIS (Reuters) - Le gestionnaire du réseau de distribution d'électricité français ERDF, filiale à 100% d'EDF, devrait rembourser au total près de 8,8 milliards d'euros aux clients du groupe en raison d'une surfacturation réalisée depuis 2009, écrit jeudi Le Parisien.

Cette restitution serait la conséquence de la décision du Conseil d'Etat, mercredi, d'annuler le tarif d'utilisation des réseaux publics (Turpe) en vigueur en France pour la période 2009-2013, qui représente aujourd'hui plus de 30% de la facture payée par les ménages.

La présidente du directoire d'ERDF, Michèle Bellon, a cependant indiqué dans un communiqué ne pas avoir connaissance "d'une éventualité de remboursement".

"Il appartiendra aux pouvoirs publics de définir les modalités d'application de (l'arrêt) du Conseil d'Etat", a-t-elle ajouté.

La Commission de régulation de l'énergie (CRE) a de son côté rappelé qu'elle proposerait, en appliquant une méthodologie différente, une nouvelle version du Turpe qui s'appliquera rétroactivement à la période 2009-2013 et se substituera au tarif annulé.

"Il est pour le moment trop tôt pour apprécier l'impact de ce changement de méthode sur le niveau du Turpe", a ajouté le régulateur dans un communiqué.

A la Bourse de Paris, l'article du Parisien entraîne cependant une chute d'EDF, dont la capitalisation boursière est de 25,5 milliards d'euros.

Le titre recule de 3,36% à 13,79 euros à 10h25 après avoir touché un nouveau plus bas historique à 13,39 euros, accusant la seule baisse de l'indice CAC 40, lui-même en progression de 1,11%.

Les volumes sur le titre représentent déjà près du double de leur moyenne réalisée habituellement sur l'ensemble d'une séance au cours des trois derniers mois.

PRUDENCE SUR LE CHIFFRE

"Nous sommes assez prudents car cela reste un article de presse. Le chiffre paraît énorme et ne va pas aider la valeur à se redresser. Mais si ce chiffre (de 8,8 milliards d'euros) était confirmé, cela risque de créer une grosse hésitation sur les perspectives du groupe", a déclaré Renaud Murail, gérant chez Barclays Bourse.

Un trader basé à Paris s'est lui aussi voulu "prudent sur le chiffre annoncé".

Selon l'article du Parisien, qui ne cite pas ses sources, le Turpe aurait été surestimé à hauteur de 7,6 milliards d'euros depuis juin 2009 et les provisions pour investissements "payées deux fois par les consommateurs" à hauteur de 1,2 milliard.

La décision du Conseil d'Etat, qui avait été saisi par un groupement de communes d'Île-de-France, le Sipperec, entrera en vigueur à partir du 1er juin 2013.

La ministre de l'Energie Delphine Batho ne s'est pas prononcée mercredi sur l'impact de la décision du Conseil d'Etat sur la facture des usagers, faisant valoir que la décision devait être analysée en détail.

Benjamin Mallet et Alexandre Boksenbaum-Granier, édité par Dominique Rodriguez

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below