Pas de consensus quant à une baisse des taux en 2013

mercredi 28 novembre 2012 16h23
 

par Andy Bruce

LONDRES (Reuters) - Les économistes sont plus partagés que jamais quant à savoir si la situation économique de la zone euro poussera la Banque centrale européenne (BCE) à réduire son taux directeur, montre une enquête publiée mercredi par Reuters.

Sur les 71 experts interrogés, ils ne sont qu'une poignée à penser que la BCE mettra à profit sa dernière réunion de l'année, jeudi prochain, pour abaisser encore son taux de refinancement, actuellement à un plus bas record de 0,75%.

Mais ils sont divisés quant à la possibilité d'un geste de la banque centrale dans les premiers mois de 2013.

Deux écoles de pensée s'opposent. La première veut que les indicateurs économiques en berne, qui signalent une aggravation de la récession dans la zone euro, justifient une nouvelle baisse de taux, si faible que soit son impact.

Ce point de vue est conforté par les dernières prévisions mondiales de l'Organisation pour la coopération et le développement économiques (OCDE), qui anticipe une deuxième année de contraction dans la zone euro en 2013 et juge que la BCE a de la marge pour réduire ses taux.

D'autres, à l'inverse, jugent que le président de la BCE Mario Draghi n'a montré aucune inclination à agir encore sur les taux et attend plutôt de voir quels résultats produira le programme de rachat d'obligations souveraines - les Opérations monétaires sur titres (OMT) - qu'il a annoncé en septembre et qui n'a pas encore été déclenché.

"La BCE a clairement fait comprendre que sa politique est déjà très accommodante. A présent, elle met plus l'accent sur l'amélioration de l'environnement financier avec l'aide de son programme OMT", dit Kristian Toedtmann, chez DekaBank.

"En conséquence, une nouvelle baisse de taux est moins probable. Elle n'aurait de réels effets que si la BCE réduisait aussi son taux des dépôts, en le rendant négatif. Au moment présent, la BCE ne semble pas disposée à le faire".   Suite...

 
<p>Selon une enqu&ecirc;te publi&eacute;e mercredi par Reuters, les &eacute;conomistes sont plus partag&eacute;s que jamais quant &agrave; savoir si la situation &eacute;conomique de la zone euro poussera la Banque centrale europ&eacute;enne (BCE) &agrave; r&eacute;duire son taux directeur. REUTERS/Kai Pfaffenbach</p>