Achats record de dette française venant d'Asie, selon l'AFT

mercredi 28 novembre 2012 15h16
 

par Raoul Sachs et Leigh Thomas

PARIS (Reuters) - La part des acheteurs de dette souveraine française venant d'Asie et du Moyen-Orient atteint cette année le niveau record de 50%, a déclaré Philippe Mills, directeur général de l'Agence France Trésor (AFT), lors d'un entretien à Reuters.

Il a estimé que la dette française devrait continuer à bénéficier d'une "bonne demande" étant donné sa liquidité et les décisions du gouvernement en matière de maîtrise des finances publiques, de compétitivité et de réformes structurelles.

Philippe Mills a d'autre part réfuté des informations récentes selon lesquelles la Banque nationale suisse (BNS) aurait augmenté ses achats d'emprunts d'Etat français.

"Nous n'avons rien vu de notable depuis le début de l'année. La Suisse et notamment ses institutions publiques, est plutôt neutre en termes d'achats nets (de dette française) depuis le début de l'année", a dit le directeur de l'agence chargée de gérer la dette de l'Etat.

En revanche, "en termes géographiques, on a vu clairement un flux plus important venant d'Asie et du Moyen-Orient. Il s'agit du flux le plus important qu'on n'ait jamais vu en provenance de l'Asie depuis que ce reporting mensuel existe, c'est-à-dire depuis 2006", a-t-il souligné.

"Ce flux représentait jusqu'en 2012 20% à 40% des acheteurs nets de dette française, cette année il a atteint 50%."

Les investisseurs non résidents détiennent 63% de la dette négociable de la France, dont l'encours total atteint 1.380 milliards d'euros.

Nombre de professionnels de marché estiment que la France, malgré la perte de son triple A chez Standard & Poor's et Moody's, a bénéficié de ces flux acheteurs qui ont contribué à la chute de ses taux, donc à ses conditions de financement à des plus bas record.   Suite...