Année difficile pour Thomas Cook

mercredi 28 novembre 2012 10h06
 

LONDRES (Reuters) - Le tour opérateur Thomas Cook s'est montré plutôt optimiste mercredi lors de la publication de ses résultats préliminaires, après avoir traversé une période difficile qui a conduit à faire baisser de près de moitié son bénéfice annuel.

Le groupe, qui a souffert du ralentissement économique, de la hausse des prix du carburant ou encore des troubles sociaux dans certaines de ses destinations phares, a dû faire appel à ses banques pour résoudre des problèmes de financement, procéder à des cessions et réduire son endettement.

Le bénéfice d'exploitation sous-jacent pour l'exercice clos le 30 septembre a chuté de 49%, passant de 304 millions de livres (376 millions d'euros) il y a un an à 156 millions de livres. Ce montant reste toutefois conforme aux attentes des 15 analystes interrogés par Reuters.

"Ces résultats reflètent les énormes difficultés auxquelles Thomas Cook a dû faire face l'année dernière, mais ils masquent les améliorations réelles que nous avons réalisées au quatrième trimestre", a déclaré la directrice générale Harriet Green.

"Notre marque a démontré sa solidité en regagnant tout le terrain perdu durant ces années difficiles", a-t-elle ajouté.

Le voyagiste, qui présentera au printemps prochain son plan de redressement, a observé de nets signes d'amélioration au quatrième trimestre avec une progression notable des réservations pour l'hiver 2012/2013.

Charge pour dépréciation de sur-valeur et coûts de restructuration inclus, le groupe a publié une perte avant impôt de 485 millions de livres. Sa dette nette a diminué de 103 millions de livres à 788 millions.

Le titre chutait de 3,13% dans les premiers échanges en Bourse de Londres.

Neil Maidment, Catherine Monin pour le service français, édité par Tangi Salaün

 
<p>Le tour op&eacute;rateur Thomas Cook s'est montr&eacute; plut&ocirc;t optimiste lors de la publication de ses r&eacute;sultats pr&eacute;liminaires, apr&egrave;s avoir travers&eacute; une p&eacute;riode difficile qui a conduit &agrave; faire baisser de pr&egrave;s de moiti&eacute; son b&eacute;n&eacute;fice annuel. /Photo d'archives/REUTERS/Luke MacGregor</p>