Les marchés européens ouvrent dans le rouge

mercredi 28 novembre 2012 09h53
 

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes ont ouvert dans le rouge mercredi, l'attention des investisseurs se détournant progressivement de la Grèce pour se reporter sur les négociations budgétaires qui semblent pour le moment piétiner aux Etats-Unis.

La Bourse de Tokyo a chuté de 1,22% mercredi dans le sillage de Wall Street, après les propos du chef de file démocrate du Sénat, Harry Reid, qui s'est dit déçu du "peu de progrès" des négociations entre démocrates et républicains visant à épargner aux Etats-Unis un "mur budgétaire", synonyme peu ou prou de récession l'an prochain.

L'expression "mur budgétaire" ("fiscal cliff") désigne le déclenchement simultané au début de l'an prochain de coupes budgétaires et d'une hausse des impôts dont l'impact est évalué à 600 milliards de dollars si le Congrès et la Maison Blanche ne parviennent pas à un compromis d'ici la fin de l'année.

Un tel blocage aurait des conséquences dramatiques sur l'économie américaine et par conséquent sur les autres économies de la planète, au moment où celles-ci commencent à donner de timides signes d'amélioration.

"L'économie mondiale, la Chine et l'Europe ont besoin de voir l'économie américaine croître et c'est pour cela que la pression pour parvenir à un compromis est plus forte qu'avant", note Carl Larry, courtier de produits dérivés chez Atlas Commodities. "L'économie mondiale ne peut pas se permettre que l'Amérique retombe en récession."

La nervosité commence à gagner les marchés européens, dont l'attention était ces derniers temps focalisée sur la dette grecque.

La Grèce n'est d'ailleurs pas totalement sortie des esprits, l'accord sur la réduction de la dette et le déblocage d'une nouvelle tranche d'aide conclu mardi entre l'Eurogroupe, le Fonds monétaire international (FMI) et la Banque centrale européenne (BCE) devant encore être approuvé par les députés allemands, néerlandais ou finlandais.

Ewald Nowotny, membre du conseil des gouverneurs de la BCE, s'est efforcé mercredi matin de rassurer le Bundestag, qui devrait se prononcer sur l'accord d'ici la fin de la semaine, en assurant à une radio autrichienne qu'une décote sur la dette grecque n'était plus à l'ordre du jour.

À Paris, le CAC 40 recule de 0,43% à 3.487,24 points à 8h30 GMT. À Francfort, le Dax cède 0,37% et à Londres, le FTSE perd 0,41%. L'indice paneuropéen EuroStoxx 50 est en baisse de 0,45%.   Suite...

 
<p>Les Bourses europ&eacute;ennes ont ouvert dans le rouge mercredi, l'attention des investisseurs se d&eacute;tournant progressivement de la Gr&egrave;ce pour se reporter sur les n&eacute;gociations budg&eacute;taires qui semblent pour le moment pi&eacute;tiner aux Etats-Unis. &Agrave; Paris, le CAC 40 reculait de 0,43% &agrave; 3.487,24 points &agrave; 9h30 tandis que l'EuroStoxx 50 &eacute;tait en baisse de 0,45%. /Photo d'archives/REUTERS/Charles Platiau</p>