Soulagement prudent après l'accord sur la dette grecque

mardi 27 novembre 2012 18h18
 

par Jan Strupczewski et Annika Breidthardt et Luke Baker

BRUXELLES (Reuters) - L'accord sur la réduction de la dette grecque conclu par l'Eurogroupe dans la nuit de lundi à mardi a été accueilli, à Athènes comme sur les marchés financiers, par un soulagement teinté de prudence, tous les obstacles au versement de l'aide financière internationale n'étant pas encore levés.

Réunis pour la troisième fois en autant de semaines, les créanciers de la Grèce se sont notamment mis d'accord pour ramener la dette publique à 124% du produit intérieur brut (PIB) d'ici 2020, ce qui représente un allègement de 40 milliards d'euros.

S'il est approuvé par les parlements des pays qui exigent un vote sur de tels textes, à commencer par l'Allemagne, l'accord devrait permettre à Athènes de disposer des fonds nécessaires financement de ses dépenses publiques au moins jusqu'aux élections législatives allemandes de septembre 2013.

"Demain commence un nouveau jour pour tous les Grecs", s'est félicité le Premier ministre grec Antonis Samaras, manifestement soulagé, au terme de douze heures de négociations tendues qui se sont achevées à 3h du matin.

Le président de l'Eurogroupe, Jean-Claude Juncker, qui a admis que l'accord avait été "très difficile" à obtenir, a précisé que les ministres approuveraient formellement le 13 décembre le versement d'une nouvelle aide à la Grèce pour recapitaliser ses banques et payer les salaires, retraites et fournisseurs du gouvernement.

Les bailleurs de fonds se sont également engagés à prendre des mesures supplémentaires pour réduire la dette grecque "bien en-deçà" du seuil de 110% du PIB en 2022, un objectif qui pourrait passer par un effacement partiel de la dette, une issue à laquelle l'Allemagne et les pays d'Europe du Nord se sont jusqu'à présent fermement opposés.

DÉCOTE APRÈS 2016 ?

"Quand la Grèce aura atteint ou sera sur le point d'atteindre un excédent primaire et aura rempli toutes ses conditions, nous envisagerons s'il le faut de nouvelles mesures pour la réduction de l'endettement total", a déclaré mardi le ministre allemand des Finances, Wolfgang Schäuble.   Suite...

 
<p>L'Acropole &agrave; Ath&egrave;nes. L'accord sur la r&eacute;duction de la dette grecque conclu par l'Eurogroupe dans la nuit de lundi &agrave; mardi a &eacute;t&eacute; accueilli, &agrave; Ath&egrave;nes comme sur les march&eacute;s financiers, par un soulagement teint&eacute; de prudence, tous les obstacles au versement de l'aide financi&egrave;re internationale n'&eacute;tant pas encore lev&eacute;s. /Photo prise le 27 novembre 2012/REUTERS/John Kolesidis</p>