L'Europe s'achemine vers un délai pour Bâle III

mardi 27 novembre 2012 13h51
 

par John O'Donnell

BRUXELLES/HONG KONG (Reuters) - L'Europe se prépare à emboîter le pas aux Etats-Unis pour reporter le durcissement des règles de solvabilité imposées aux banques, le temps de négocier un compromis avec les autorités américaines, ont dit plusieurs sources de l'Union européenne.

L'entrée en vigueur des nouvelles règles dites de "Bâle III", initialement prévue le 1er janvier prochain, pourrait ainsi être retardée d'environ six mois, voire davantage si diplomates et politiques ne parviennent pas à débloquer la situation.

A première vue, un tel report serait une bonne nouvelle pour les banques, en particulier les plus petites d'entre elles, qui auraient ainsi une chance de s'adapter plus aisément à de nouvelles exigences complexes.

Mais il aurait surtout pour effet d'ajouter à l'incertitude créée par la décision américaine de s'affranchir de l'échéance du 1er janvier, affaiblissant ainsi un processus censé éviter une nouvelle crise financière comparable à celle déclenchée en 2008 par la faillite de Lehman Brothers.

"Quoi qu'il arrive, la nouvelle réglementation ne pourra pas être effective le 1er janvier", a dit un responsable européen. "Il serait plus réaliste de tabler sur le milieu de l'année."

Le secrétaire général du Comité de Bâle sur le contrôle bancaire a insisté mardi sur la nécessité d'appliquer sans délai les nouvelles règles prudentielles, tout en reconnaissant que certains pays ne le feraient pas.

"Un grand nombre de juridictions ont déjà tout mis en place et nous sommes prêts pour la date du 1er janvier 2013", a dit Wayne Byres à Reuters lors d'un déplacement à Abou Dhabi.

"Nous maintenons cette date et ceux qui ne seront pas prêts le 1er janvier pourront l'être plus tard", a-t-il ajouté.   Suite...

 
<p>La Banque des r&egrave;glements internationaux &agrave; B&acirc;le dont le Comit&eacute; est &agrave; l'origine des r&egrave;gles prudentielles pour les banques. Selon plusieurs sources de l'Union europ&eacute;enne, l'Europe se pr&eacute;pare &agrave; embo&icirc;ter le pas aux Etats-Unis pour reporter le durcissement des r&egrave;gles de solvabilit&eacute; impos&eacute;es aux banques, le temps de n&eacute;gocier un compromis avec les autorit&eacute;s am&eacute;ricaines. /Photo d'archives/REUTERS/Christian Hartmann</p>