La crise de l'euro pèse toujours sur la croissance mondiale

mardi 27 novembre 2012 11h07
 

PARIS (Reuters) - L'OCDE a révisé en baisse mardi ses prévisions pour la croissance mondiale en 2013, soulignant que la crise de la zone euro continuait de peser sur les perspectives économiques globales en l'absence d'accord politique sur une solution durable à celle-ci.

L'institution basée à Paris n'anticipe plus dans ses prévisions d'automne qu'une croissance de l'économie mondiale de 2,9% pour cette année et de 3,4% l'an prochain. Au printemps dernier, elle tablait encore sur une hausse de 3,4% en 2012 et de 4,2% en 2013.

Elle prévoit en outre maintenant une deuxième année de contraction pour la zone euro (-0,1% en 2013 après -0,4% en 2012) et s'inquiète des risques de récession aux Etats-Unis s'il n'y a pas d'accord pour éviter le "mur budgétaire" qui déclencherait des hausses d'impôts et des baisses de dépenses publiques dans des proportions importantes.

Elle retient néanmoins une prévision de croissance de 2,0% pour la principale économie mondiale en 2013 sur la base d'un scénario de compromis qui serait conclu entre la Maison blanche et le Congrès. Dans ses précédentes prévisions, l'OCDE anticipait une croissance américaine 2013 à 2,6%.

"Le mur budgétaire américain est un sujet de préoccupation important mais la zone euro demeure le principal risque baissier" pour l'économie mondiale, a déclaré à Reuters Pier Carlo Padoan, chef économiste de l'OCDE.

La raison n'en est pas seulement la récession mais les effets combinés de "trois cercles vicieux négatifs" interdépendants: les craintes concernant la solvabilité des banques et des emprunteurs souverains; les risques d'éclatement de la zone euro; l'impact négatif de ces facteurs sur les coûts de financements des pays les plus endettés, "ce qui pèse encore davantage sur la dynamique de la dette".

APPEL À LA BCE

"Dans un contexte aussi précaire, il n'est pas difficile d'imaginer que la situation puisse dégénérer, par exemple qu'un pays bénéficiant d'un programme d'assistance financière internationale s'avère incapable de tenir ses engagements ou que les nouveaux mécanismes de sauvetage de l'Union européenne ne puissent être déployés à temps avec un impact suffisant", estime l'OCDE.

Si la situation s'avérait pire que les prévisions, il serait "essentiel" que les pouvoirs publics soutiennent davantage l'activité, ce qui justifierait des baisses de taux d'intérêt ainsi que de nouvelles mesures d'assouplissement quantitatif par les banques centrales.   Suite...

 
<p>L'OCDE a r&eacute;vis&eacute; en baisse mardi ses pr&eacute;visions pour la croissance mondiale en 2013, soulignant que la crise de la zone euro continuait de peser sur les perspectives &eacute;conomiques globales en l'absence d'accord politique sur une solution durable &agrave; celle-ci. /Photo d'archives/REUTERS/Peter Macdiarmid</p>