Suez Environnement se veut prudent pour 2013 et 2014

vendredi 23 novembre 2012 16h02
 

par Benjamin Mallet

PARIS (Reuters) - Suez Environnement ne prévoit pas de forte croissance en 2013 et 2014 et se veut donc prudent sur cette période, a déclaré vendredi son directeur général Jean-Louis Chaussade.

Le numéro deux mondial des services à l'environnement est confronté à un contexte industriel dégradé qui affecte les volumes de déchets traités par ses usines en Europe, ainsi qu'à une pression sur ses marges dans l'eau en France.

"On ne peut pas attendre des croissances importantes dans les années 2013 et 2014 et nous allons donc protéger (...) le bilan de l'entreprise en étant prudents, en étant sélectifs", a déclaré Jean-Louis Chaussade lors du salon Actionaria.

Suez Environnement, a-t-il ajouté, devrait "probablement" maintenir ses investissements autour de 1,2 milliard d'euros en 2013, un niveau identique à celui de 2012, et poursuivra ses efforts en matière de productivité.

"Etre prudent en 2013, et probablement en 2014, c'est aussi préparer l'avenir. Je pense qu'il va y avoir beaucoup d'actifs qui seront tout simplement mis sur le marché en 2015 et 2016 et qui pourront nous intéresser", a-t-il cependant ajouté.

Le directeur général de Suez Environnement a également indiqué que le groupe espérait récupérer la moitié des provisions enregistrées sur le chantier de son usine de dessalement d'eau de Melbourne, en Australie, qui a subi des retards et des surcoûts.

Ces provisions s'élèvent au total à 300 millions d'euros, les dernières - de 85 millions - ayant été enregistrées au premier semestre 2012.

Jean-Louis Chaussade a également confirmé que Suez ne discutait pas d'un rapprochement avec son concurrent Veolia Environnement après la révélation par la presse d'un projet avorté.

Edité par Dominique Rodriguez