Les valeurs suivies à mi-séance de la Bourse de Paris

vendredi 23 novembre 2012 12h56
 

PARIS (Reuters) - Les valeurs à suivre vendredi à la Bourse de Paris, qui marque une pause après avoir aligné quatre séances consécutives de hausse. Les investisseurs réagissent peu aux annonces de S&P qui a confirmé la note AA+ de la France, et attendent notamment l'issue des discussions sur la Grèce.

A 12h30, le CAC 40 recule de 0,02% à 3.497,61 points. L'indice, qui affiche un bond de plus de 4% sur la semaine, est en passe de signer sa meilleure progression hebdomadaire depuis près d'un an, dans des volumes cependant toujours limités (c'est la 5e semaine la plus faible de l'année en termes de volume).

* Plus forte baisse du CAC 40, EADS recule de 1,78%, les analystes soulignant les incertitudes autour du pacte d'actionnaires qui pèsent sur la valeur.

* FRANCE TÉLÉCOM cède 1,75%. Dans une note, UBS estime qu'il sera difficile pour l'opérateur télécoms de verser un dividende de 0,80 euro par action au titre de l'exercice 2013 et table plutôt sur un coupon de 0,50 euro par action.

* CARREFOUR (-1,03%) subit des prises de bénéfices alors que le titre a grimpé de près de 8% sur la semaine.

* Largement en tête du CAC 40, EDF grimpe de 4,4% au lendemain de l'annonce du versement le mois prochain d'un acompte sur dividende de 0,57 euro par action au titre de l'exercice 2012.

* LAFARGE (+1,63%) profite d'un relèvement de recommandation à "achat" d'AlphaValue.

* ALCATEL-LUCENT gagne encore 0,54% après s'être envolé la veille de 15,91% sur une information de Bloomberg faisant état de rumeurs concernant des négociations de refinancement avec Goldman Sachs.

* ILIAD grimpe de 3,35% après le relèvement de l'opinion de Morgan Stanley sur la valeur. La banque est passée de "pondération en ligne" à "surpondérer" avec un objectif de cours porté de 152 à 165 euros.   Suite...

 
<p>EADS &eacute;tait la plus forte baisse du CAC 40 vendredi &agrave; mi-s&eacute;ance, quand le CAC 40 c&eacute;dait 0,02%. Le titre reculait de 1,78%, les analystes soulignant les incertitudes autour du pacte d'actionnaires qui p&egrave;sent sur la valeur. /Photo d'archives/REUTERS/Tobias Schwarz</p>