Le titre EADS en forte baisse, incertitudes sur l'actionnariat

vendredi 23 novembre 2012 10h25
 

PARIS (Reuters) - Le titre EADS évoluait vendredi en forte baisse à la Bourse de Paris, les analystes soulignant les incertitudes autour du pacte d'actionnaires qui pèsent sur la valeur.

A 10h05, l'action EADS reculait de 2,91% à 24,505 euros, signant de loin le plus fort repli du CAC 40 (-0,25%).

Selon le quotidien allemand Handelsblatt, citant des sources gouvernementales allemandes, l'Allemagne prévoit de racheter directement à la France une participation de 3% dans EADS pour que la part des deux Etats dans le groupe aéronautique et de défense européen soit égale.

Lundi, des sources proches du dossier ont indiqué à Reuters que les deux pays discutaient d'une réorganisation de la gouvernance au sein d'EADS, qui conduirait chacun des deux pays à détenir 12% de la maison-mère d'Airbus et à rompre le pacte d'actionnaires actuel.

"En rompant le pacte d'actionnaires, la France et l'Allemagne faciliteraient la sortie, à terme, de Lagardère et Daimler. Ce qui suppose un afflux de papier potentiel sur le marché l'année prochaine", commentent les analystes d'Aurel BGC.

Selon un autre analyste basé à Paris, environ 20% du capital devrait revenir sur le marché dans le cadre du nouveau pacte d'actionnaires.

"Actuellement, les Etats avec Daimler et Lagardère contrôlent 50,5% du capital. Si le nouveau pacte prévoit une minorité de blocage à 30%, ce sont 20,5% du capital d'EADS qui vont se retrouver d'une façon ou d'une autre sur le marché", explique-t-il.

L'Etat et Lagardère détiennent respectivement 15% et 7,5% du capital. Du côté allemand, le constructeur automobile allemand Daimler possède 15% du capital et un consortium de sept banques allemandes (Dedalus) les 7,5% restants.

"Tant que les incertitudes ne seront pas levées sur le nouveau pacte d'actionnaire, la valeur continuera de souffrir", estime l'analyste basé à Paris.   Suite...

 
<p>Selon le quotidien allemand Handelsblatt, qui cite des sources gouvernementales allemandes, l'Allemagne pr&eacute;voit de racheter directement &agrave; la France une participation de 3% dans EADS pour que la part des deux Etats dans le groupe a&eacute;ronautique et de d&eacute;fense europ&eacute;en soit &eacute;gale. /Photo prise le 13 septembre 2012/REUTERS/Tobias Schwarz</p>