La France face au vieillissement de son parc nucléaire

jeudi 22 novembre 2012 17h24
 

par Marion Douet et Michel Rose

PARIS (Reuters) - Le vieillissement des centrales nucléaires et les vagues de départs à la retraite chez EDF seront les premiers enjeux de la sûreté nucléaire en France pour les prochaines années, déclare le président de l'Autorité de sûreté nucléaire.

Confronté à un parc nucléaire qui atteint 30 ans d'âge en moyenne, le gendarme du nucléaire devra approuver en 2013 le maintien en activité de plusieurs réacteurs, dont Fessenheim 2, et dira en 2015 s'il accepte le principe de prolonger la durée de vie des centrales au-delà de 40 ans de fonctionnement.

"On arrive à un moment où ces installations ont une trentaine d'années, ou plus, et la question du vieillissement est une question qui est nouvelle", a dit à Reuters le nouveau président de l'ASN, Pierre-Franck Chevet, qui a succédé à André-Claude Lacoste, dont le mandat s'est étalé sur 20 ans.

Pierre-Franck Chevet souligne dans sa première interview depuis sa nomination que le monde entier est confronté comme la France à ce nouvel âge du nucléaire et que les réacteurs français - qui fournissent 75% de l'électricité du pays - étaient à l'origine conçus pour fonctionner 30 ans.

La possibilité de les prolonger est déjà donnée au cas par cas, rappelle ce polytechnicien qui a débuté sa carrière en 1986, "juste après Tchernobyl", auprès de l'ancêtre de l'ASN.

"Peut-on envisager d'aller au-delà de 40 ans ? Là-dessus, il n'y a pas de réponse, pas d'avis favorable, ce n'est nullement acquis. On attend un dossier complet de la part d'EDF (...) qui nous amènera en 2015 à prendre position sur le sujet."

L'électricien français s'est prononcé à plusieurs reprises pour une exploitation de ses réacteurs jusqu'à 60 ans.

FESSENHEIM RALLUMÉ EN 2017 ?   Suite...

 
<p>Le complexe nucl&eacute;aire de Fessenheim, pr&egrave;s de Colmar, dont la fermeture est pr&eacute;vue avant fin 2016. Le vieillissement des centrales nucl&eacute;aires et les vagues de d&eacute;parts &agrave; la retraite chez EDF seront les premiers enjeux de la s&ucirc;ret&eacute; nucl&eacute;aire en France pour les prochaines ann&eacute;es, selon le nouveau pr&eacute;sident de l'Autorit&eacute; de s&ucirc;ret&eacute; nucl&eacute;aire, Pierre-Franck Chevet. /Photo prise le 5 septembre 2012/REUTERS/Vincent Kessler</p>