Wall Street finit en légère hausse avant Thanksgiving

mercredi 21 novembre 2012 22h36
 

par Angela Moon

NEW YORK (Reuters) - Wall Street a terminé en légère hausse mercredi, à la faveur du cessez-le-feu intervenu entre le Hamas et Israël, dans des échanges toutefois peu étoffés à la veille de Thanksgiving, jour férié jeudi aux Etats-Unis.

L'indice Dow Jones des 30 industrielles a gagné 0,38%, soit 48,38 points, à 12.836,89. Le S&P-500, plus large, a pris 3,22 points, soit 0,23%, à 1.391,03. Le Nasdaq Composite a avancé de son côté de 9,87 points (+0,34%) à 2.926,55.

La progression de Wall Street a été limitée par l'absence d'accord sur la prochaine tranche d'aide à la Grèce et la persistance d'interrogations sur le "mur budgétaire" qui menace la première économie mondiale.

"En général, lors de vacances célébrant la nation - Thanksgiving en est une à mon sens - on observe une hausse dans des volumes légers. Je pense que c'est également ce qui va se passer vendredi, s'il n'y a pas d'avancée majeure dans les grands dossiers", a déclaré J.J. Kinahan, analyste technique spécialisé dans les dérivés chez TD Ameritrade.

Wall Street sera fermée jeudi et connaîtra une séance écourtée vendredi.

"Jusqu'à présent, depuis le début de la semaine, nous n'avons que de bonnes nouvelles au sujet du "mur" budgétaire. Tout le monde semble animé par un esprit de compromis. Mais on commencera à voir des grandes fluctuations journalières à mesure que les détails menant à un éventuel accord seront connus", a ajouté J.J. Kinahan.

L'expression "mur budgétaire" ("fiscal cliff") recouvre la coïncidence, en début d'année prochaine, entre la fin des exonérations fiscales décidées sous George Bush et prolongées pour deux ans en 2010 et la mise en oeuvre de coupes automatiques dans les dépenses publiques prévues par l'accord de 2011 sur le relèvement du plafond de la dette.

Selon les estimations du Congressional Budget Office, l'organisme parlementaire bipartisan de contrôle des finances publiques, si aucun accord n'est trouvé, cette combinaison de hausses d'impôts et de baisse des dépenses estimée au total à 600 milliards de dollars pourrait faire replonger les Etats-Unis dans la récession.   Suite...

 
<p>LA CL&Ocirc;TURE DES MARCH&Eacute;S AM&Eacute;RICAINS</p>