Cacharel veut reprendre son destin en mains

mardi 20 novembre 2012 18h47
 

par Pascale Denis

PARIS (Reuters) - Cacharel, marque emblématique de la mode romantique des années 1970, espère relancer son prêt-à-porter avec la reprise en main de sa commercialisation et de sa communication.

Énième revirement stratégique d'une histoire mouvementée, la griffe vient de mettre fin à son accord de licence avec l'italien Aeffe pour confier la fabrication de ses lignes femme, homme et enfants à plusieurs partenaires français, dont elle n'a pas voulu dévoiler l'identité, et dont les premières collections seront livrées l'hiver prochain.

Cacharel entend aussi contrôler sa distribution - gérée jusqu'ici par Aeffe - et sa communication, deux points cruciaux dans la gestion de l'image d'une marque.

La collaboration avec l'italien Aeffe s'est révélée peu fructueuse, avec un positionnement de prix jugé beaucoup trop élevé et une stratégie de distribution jugée peu flatteuse pour la marque.

"Les ventes n'ont pas du tout marché (...) Il fallait tout remettre à plat", a expliqué à la presse mardi Jean Bousquet, fondateur et propriétaire à 100% de l'entreprise.

La griffe conserve le contrôle de la création, placé depuis juin 2011 sous la houlette d'un duo de stylistes chinois, Ling Lu et Dawei Sun, qui signent des collections souvent bien accueillies par la critique.

Pour la fabrication, elle passera commande à des industriels français dont les usines sont pour la plupart délocalisées en Europe du Sud ou de l'Est.

"Cela nous permettra d'accoler à nos produits l'étiquette 'Cacharel Paris', car 70% de la valeur ajoutée sera française", a précisé Jean Bousquet.   Suite...

 
<p>Collection pr&ecirc;t-&agrave;-porter Cacharel automne-hiver 2012-2013. Marque embl&eacute;matique de la mode romantique des ann&eacute;es 1970, Cacharel esp&egrave;re relancer son pr&ecirc;t-&agrave;-porter avec la reprise en main de sa commercialisation et de sa communication. /Photo prise le 3 mars 2012/REUTERS/Gonzalo Fuentes</p>