Les actionnaires approuvent la fusion Glencore/Xstrata

mardi 20 novembre 2012 18h30
 

par Clara Ferreira-Marques et Emma Farge

LONDRES/ZOUG (SUISSE) (Reuters) - Les actionnaires de Glencore et de Xstrata ont massivement approuvé mardi le rachat du groupe minier par le géant du négoce pour 31 milliards de dollars (23,4 milliards d'euros), ouvrant la voie à la création d'un nouveau géant des matières premières.

Après neuf mois de rebondissements, de bras de fer entre le conseil d'administration de Xstrata et ses grands actionnaires, sans parler des années de discussions en coulisse, le projet de fusion touche au but et vient couronner le succès de son chef d'orchestre, le directeur général de Glencore Ivan Glasenberg.

Quelques heures après un vote à 99,4% des actionnaires de Glencore, 78,88% des actionnaires de Xstrata ont approuvé la fusion, tout en rejetant, comme prévu, une clause controversée concernant la rémunération des dirigeants du groupe minier.

Ce rejet, à 78,4%, de la clause sur le maintien et la rémunération des dirigeants, porte un coup au directeur général du groupe minier, Mick Davis, et à son président, John Bond.

Ce dernier a d'ailleurs annoncé dans la foulée son intention d'abandonner son poste dès qu'un remplaçant lui aura été trouvé.

"Au vu de la décision des actionnaire de ne pas soutenir la recommandation du conseil d'administration, j'ai informé le conseil de Xstrata et le président en exercice de Glencore qu'une fois la fusion bouclée, j'avais l'intention de demander au conseil d'entamer un processus de nomination d'un nouveau président indépendant de Glencore Xstrata plc", a-t-il déclaré.

RÉMUNÉRATIONS "MONUMENTALES"

"Une fois que le processus aura abouti de façon satisfaisante, sous le contrôle du comité des nominations du conseil de Glencore Xstrata plc, je me retirerai", a-t-il ajouté dans un communiqué à l'issue du vote qui a eu lieu en Suisse.   Suite...

 
<p>Les actionnaires de Glencore et de Xstrata se sont massivement prononc&eacute;s mardi en faveur du rachat du groupe minier par le g&eacute;ant du n&eacute;goce pour un montant de plus de 30 milliards de dollars (23,4 milliards d'euros), ouvrant la voie &agrave; la cr&eacute;ation d'un nouveau g&eacute;ant des mati&egrave;res premi&egrave;res. /Photos d'archives/REUTERS/Michael Buholzer</p>