La France n'est pas pénalisée par Moody's

mardi 20 novembre 2012 10h04
 

par Alexandre Boksenbaum-Granier

PARIS (Reuters) - La France n'est pas attaquée par les investisseurs mardi matin après la décision de Moody's d'abaisser sa note souveraine, une initiative largement intégrée par les marchés alors que Standard & Poor's avait retiré dès janvier sa note maximale à la dette française.

Moody's a abaissé lundi soir la note de la dette long terme de la France de "Aaa" à "Aa1", avec maintien d'une perspective négative. L'agence de notation a jugé les perspectives de croissance affaiblies et les perspectives budgétaires incertaines, un diagnostic en partie reconnu par les autorités françaises, qui ont rejeté la faute sur leurs prédécesseurs.

A 9h43, l'indice phare de la Bourse de Paris, le CAC 40, qui avait pris près de 3% la veille, cédait 0,43% à 3.424,91 points.

Au même moment, l'indice EuroStoxx 50, qui regroupe les principales valeurs de la zone euro, cédait 0,25%, la Bourse de Francfort perdait 0,1%, Londres 0,24% et Madrid 0,23%.

"La communauté financière attendait ce 'downgrade' depuis deux mois. Il y aura probablement un peu de dégagement sur les taux français à 10 ans à venir, mais pour l'instant rien ne se passe. Même l'euro est stable", observe un vendeur actions en poste à Paris.

Le taux à 10 ans de l'emprunt d'Etat français se négocie à 2,09%, contre 2,08% la veille en clôture, son écart avec le rendement de même maturité du Bund allemand s'élevant à 74 points de base (pdb), contre 72 pdb la veille.

"RÉFORMES"

"Cela va-t-il se traduire par des taux d'intérêt plus élevé ? Je ne suis pas persuadé. La question sera de savoir si cela se traduira par une incitation supplémentaire à mettre en oeuvre des réformes et donner à la France la capacité de créer des emplois de façon efficace à moyen terme", commente Philippe Waechter, directeur de la recherche économique chez Natixis AM.   Suite...