Une dégradation de la France pourrait avoir un impact limité

lundi 19 novembre 2012 13h07
 

par Jean-Baptiste Vey

PARIS (Reuters) - Une dégradation de la note souveraine de la France par Moody's aurait un impact limité sur les taux d'emprunt très bas dont elle bénéficie, estiment des économistes, en plein débat sur la fragilité de la deuxième économie européenne.

Avant une communication prochaine de cette agence de notation sur la France, l'hebdomadaire britannique The Economist dépeint cette semaine le pays en bombe prête à exploser.

Un diagnostic démenti par des économistes, qui confirment cependant les interrogations des investisseurs.

"Nous recevons beaucoup de questions sur la possibilité que la France soit le prochain problème de l'Europe", déclare Michel Martinez, chef économiste chez Société générale CIB. "On sent des interrogations sur la capacité du pays à se réformer et sur la direction prise par le gouvernement."

Mais, ajoute-t-il, "j'ai du mal à imaginer quels peuvent être les déclencheurs d'une crise majeure pour la France. Il faut arrêter de penser que c'est la dernière chance pour la France, on a un peu de temps devant nous".

Quant à Moody's, "je pense qu'un éventuel 'downgrade' aurait un impact limité sur les rendements actuels".

Dégradée de AAA à AA+ en janvier par Standard and Poor's, la France emprunte actuellement à des taux bas record, ce qui contribue à réduire son déficit public, les dettes arrivant à échéance étant remplacées par des emprunts moins coûteux.

"TOUT LE MONDE S'EN FICHE"   Suite...

 
<p>En plein d&eacute;bat sur la fragilit&eacute; de la deuxi&egrave;me &eacute;conomie europ&eacute;enne, des &eacute;conomistes estime qu'une d&eacute;gradation de la note souveraine de la France par Moody's aurait un impact limit&eacute; sur les taux d'emprunt tr&egrave;s bas dont elle b&eacute;n&eacute;ficie. /Photo d'archives/REUTERS/Jacky Naegelen</p>