Forte hausse du bénéfice trimestriel d'ABN Amro

vendredi 16 novembre 2012 09h00
 

AMSTERDAM (Reuters) - La banque publique néerlandaise ABN Amro a déclaré vendredi qu'une hausse de ses dépréciations sur prêts et une taxe bancaire de 112 millions d'euros pèseraient sur ses résultats du quatrième trimestre.

La fusion de deux fonds de pension de l'établissement pourrait également peser sur les comptes des trois derniers mois de l'année, a ajouté ABN Amro, nationalisée par les Pays-Bas en 2008, au plus fort de la crise financière.

"Aux Pays-Bas, le produit intérieur brut (PIB) est à la traîne, le nombre de faillites augmente, le marché de l'emploi est sous pression et le marché immobilier déprimé", déclare Gerrit Zalm, directeur général de la banque, cité dans un communiqué.

ABN Amro est la troisième banque des Pays-Bas, dont le PIB s'est contracté de 1,1% au troisième trimestre.

Plus tôt dans l'année, le Sénat a voté une taxe bancaire nationale qui rapportera quelque 600 millions d'euros par an dans les caisses de l'Etat.

ABN Amro a dégagé sur le troisième trimestre un bénéfice net sous-jacent de 374 millions d'euros contre neuf millions sur la même période de 2011.

Ce chiffre exclut les coûts d'intégration et de scission qui ont suivi le démantèlement d'ABN Amro après le rachat de la banque, en 2007, par Royal Bank of Scotland, Santander et Fortis.

Gilbert Kreijger, Benoit Van Overstraeten pour le service français

 
<p>D'apr&egrave;s la banque publique n&eacute;erlandaise ABN Amro, qui a d&eacute;gag&eacute; sur le troisi&egrave;me trimestre un b&eacute;n&eacute;fice net sous-jacent de 374 millions d'euros contre neuf millions sur la m&ecirc;me p&eacute;riode de 2011, une hausse de ses d&eacute;pr&eacute;ciations sur pr&ecirc;ts et une taxe bancaire de 112 millions d'euros p&egrave;seront sur ses r&eacute;sultats du quatri&egrave;me trimestre. /Photo d'archives/REUTERS/Koen van Weel</p>