AIG et Scor pourraient investir dans le chinois PICC

jeudi 15 novembre 2012 14h13
 

HONG KONG (Reuters) - PICC Group est en négociations avancées avec l'américain AIG, China Life et au moins deux autres sociétés pour figurer dans le noyau dur de ses actionnaires à l'occasion de l'introduction en Bourse de l'assureur public chinois, selon une information d'IFR, publication du groupe Thomson Reuters.

L'IPO, d'un montant maximum de quatre milliards de dollars (3,13 milliards d'euros), serait la plus importante introduction en Bourse de Hong Kong depuis celle de 20,5 milliards de dollars d'AIA Group, qui remonte à 2010.

PICC a entamé des rencontres avec des investisseurs institutionnels pour se faire une idée de l'intérêt pour son IPO, dans une période où ce type d'opérations se fait rare.

People's Insurance Company of China (PICC), l'un des plus gros assureurs du pays, discute également avec le réassureur Scor et avec le groupe chinois de services collectifs State Grid (SGCC) en vue de prises de participations significatives, a précisé IFR, qui cite des sources.

D'autres compagnies d'assurance en Asie et un certain nombre de sociétés publiques chinoises pourraient également rejoindre le noyau dur, mais la liste peut encore être modifiée puisqu'aucun accord définitif n'a été signé.

UNE DECOTE CONSIDÉRABLE

Le principe du noyau dur d'investisseurs dans les IPO, unique en Asie, vise à renforcer la confiance dans l'opération via l'engagement d'investisseurs et d'institutions importants à acheter des participations de taille, qu'ils ne pourront pas céder avant la fin d'une période établie, dite de "lock-up".

PICC va offrir 6,9 milliards d'actions nouvelles dans le cadre de son IPO, soit 16,7% du capital de la société, a indiqué une source bien informée, qui n'a pas été autorisée à évoquer publiquement cette opération et n'a pas voulu être identifiée.

Le marché des introductions en Bourse à Hong Kong a chuté de 80% depuis le début de l'année et devrait connaître son plus faible volume depuis 2008, en raison de la volatilité du marché.   Suite...