Monte Paschi publie contre toute attente une perte nette

mercredi 14 novembre 2012 10h04
 

MILAN (Reuters) - Banca Monte dei Paschi di Siena, la troisième banque d'Italie, a contre toute attente publié mercredi une perte nette au titre du troisième trimestre, les dépréciations de ses créances douteuses ayant éclipsé les gains réalisés dans ses activités de trading.

Alors que ses concurrents UniCredit et Intesa Sanpaolo ont fait état mardi de résultats trimestriels meilleurs que prévu, Monte Paschi a annoncé une perte nette de 47,4 millions d'euros.

Les dépréciations nettes sur les créances douteuses ont atteint 1,3 milliard d'euros sur les neufs premiers mois de l'année, en hausse de 56% sur un an, et ont pesé à hauteur de 461 millions d'euros sur les résultats du troisième trimestre.

La banque avait enregistré un bénéfice net de 42,2 millions d'euros au troisième trimestre 2011 mais elle a terminé le premier semestre 2012 sur une perte de 1,6 milliard d'euros en raison de la lourde dépréciation de la coûteuse acquisition de son concurrent Antonveneta en 2007.

Monte Paschi est la seule banque d'Italie qui n'a pas réussi à remplir les nouvelles exigences de renforcement des fonds propres de l'Autorité bancaire européenne (ABE).

Elle a sollicité en juin une aide publique de 3,4 milliards d'euros et attend désormais l'approbation de la Commission européenne.

Moody's a abaissé en octobre la note de la banque en catégorie spéculative, l'agence de notation estimant que l'établissement pourrait avoir besoin d'une aide supplémentaire.

Dans les premiers échanges à la Bourse de Milan, l'action Monte Paschi perdait 2,5% après ces annonces, à comparer à un recul de 0,37% de l'indice des valeurs bancaires de la zone euro.

Silvia Aloisi, Catherine Monin pour le service français, édité par Dominique Rodriguez

 
<p>Banca Monte dei Paschi di Siena, la troisi&egrave;me banque d'Italie, a contre toute attente publi&eacute; mercredi une perte nette au titre du troisi&egrave;me trimestre, les d&eacute;pr&eacute;ciations de ses cr&eacute;ances douteuses ayant &eacute;clips&eacute; les gains r&eacute;alis&eacute;s dans ses activit&eacute;s de trading. /Photo prise le 27 juin 2012/REUTERS/Stefano Rellandini</p>