La conjoncture va peser sur les résultats en 2013 d'EDF

mardi 13 novembre 2012 18h46
 

PARIS (Reuters) - EDF a prévenu mardi que son résultat brut d'exploitation (Ebitda) pourrait ne pas croître en 2013 en raison de la dégradation de la conjoncture économique, ce qui compliquera l'atteinte de ses objectifs 2011-2015.

L'électricien, détenu à 84,4% par l'Etat, avait indiqué à l'été 2011 qu'il visait pour cette période une croissance annuelle moyenne de son Ebitda comprise entre 4% et 6%, à périmètre et change constants, et de 5% à 10% pour son résultat net courant.

"Compte tenu de la dégradation de la conjoncture, le groupe EDF travaille actuellement sur une hypothèse de stabilité de l'Ebitda en 2013 suivie d'un retour à la croissance à partir de 2014 avec un objectif de dividende au moins stable", a-t-il précisé dans un communiqué.

EDF a cependant indiqué que ses objectifs 2011-2015 restaient valables pour 2012 et que son dividende au titre de l'année en cours serait au moins stable par rapport à celui versé au titre de 2011.

Selon le consensus Thomson Reuters I/B/E/S, les analystes attendaient jusqu'ici en moyenne un Ebitda de 16 milliards d'euros en 2012 et de 16,6 milliards en 2013 contre 14,8 milliards en 2011.

EDF a également annoncé des ventes de 52 milliards d'euros au titre des neuf premiers mois de 2012, en hausse de 10,2% (+6,6% en organique). La croissance organique atteint 23,7% en Italie, 4,5% en France et 4,1% au Royaume-Uni.

RÉVISION DES INVESTISSEMENTS

La société a cependant dû revoir à la baisse pour la deuxième fois son objectif de production nucléaire en France pour 2012 à environ 410 térawatts/heure, contre 415 TWh visés précédemment.

La baisse de la production nucléaire, de 19,6 TWh à fin septembre, est essentiellement due à des prolongations d'arrêts programmés plus importantes qu'en 2011, du fait d'aléas techniques et de contrôles et travaux complémentaires réalisés lors de ces arrêts, a-t-il expliqué.   Suite...

 
<p>EDF affiche un chiffre d'affaires en hausse de 10,2% sur les neuf premiers mois de 2012 mais l'&eacute;lectricien table d&eacute;sormais sur une stagnation de son r&eacute;sultat brut d'exploitation en 2013 en raison de la d&eacute;gradation de la conjoncture. /Photo d'archives/REUTERS/Gonzalo Fuentes</p>